12/03/2007

TOUS A 4 PATTES A LA RECHERCHE DU NIRVANA

a

 

Grosse émotion ce samedi midi à la maison !

 

Pour rappel, je vous avais déjà expliqué que mon dubitatif avait commencé il y a quelques années une collection de serpents.

 

Jusqu’à présent, il n’en a que deux, malgré ses insistances répétées pour agrandir son cheptel mais je tiens bon.

 

Nous avons donc un magnifique python royal et un Elaphe guttata guttata, plus communément appelé couleuvre.

 

L’élevage de ce type d’animaux est relativement simple si l’on garde une température et un taux d’humidité constants dans le terrarium et si on lui donne, en moyenne une fois par semaine, une souris vivante.

 

A ce sujet, nous écumons tous les Tom & Co de la capitale parce que, très souvent, il nous est demandé si c’est pour nourrir un serpent et il vous faut savoir que la possession de ce type d’animaux est interdite sur le territoire de Bruxelles.

 

Mais, revenons à ce samedi matin.

 

Le dubitatif déboule dans notre chambre pour nous annoncer que Nirvana est sorti de son terrarium et est introuvable.

 

Je m’étais bien rendue compte ces derniers jours que la bête m’avait l’air assez énervée parce que, contrairement à son attitude paresseuse le plus clair de l’année, elle se baladait à travers son bocal à la recherche d’une issue de secours et cette nuit-là, elle avait réussi à détacher une des bouches d’aérations de sa prison dorée.

 

Le problème résidait dans le fait qu’il n’avait pas laissé le moindre mot d’adieu ni d’explication plausible, que nous ne savions pas à quelle heure il avait réussi sa fugue, et que donc il pouvait se trouver n’importe où dans la maison.

 

Et nous voilà, le dubitatif, le MIF et moi-même à quatre pattes, fouillant tous les recoins possibles et imaginables.

 

Je veux aller aux toilettes ?

Mon fils me précède en se précipitant pour checker si Nirvanouille n’est pas dans la cuvette… merci mon chéri !

 

Je veux m’habiller et le gamin fouille d’abord mon petit coffre en osier contenant mes petites culottes.

 

J’en ai marre de chercher parce que la maison a un petit besoin de dépoussiérage et le rejeton m’interdit formellement de m’emparer de l’aspirateur parce que cela pourrait traumatiser l’ophidien.

 

Nous envisageons très sérieusement de filer acheter une souris vivante, de la tuer et de la laisser près du terrarium pour que le serpent, par l’odeur alléché, sorte de sa petite cachette.

Oui, mais s’il s’enrhume, il ne sentira plus rien et je n’ai pas envie de laisser traîner l’appât pendant 3 jours.

 

Bref, MIF finit par retrouver le fugitif roulé en boulle dans les vêtements de mon descendant en ligne directe.

 

OUF ! Nous voilà sauvés !

 

Maintenant, la grande question est la suivante : pourquoi Nirvana est-il si nerveux ?

 

Mais c’est parce qu’il cherche désespérément une Nirvanette pour lui faire le coup du « mais oui je t’aime ma chérie, viens juste par ici que je te le prouve »

 

Dubitatif a tenté tout le WE de me persuader d’aller acheter une femelle en porte-jarretelles pour son protégé, rien n’y a fait !

 

Un peu à la masse, je suis mais complètement tarée … faudra repasser.

 

 

14:36 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/03/2007

AU SECOURS, JE VAIS CRAQUER !!!!!

a

Il y a ceux qui suivent et puis ceux qui ne suivent pas !

Pas grave !

Je m’en vais de ce pas vous faire un récapitulatif par le menu des différentes passes du Récalcitrant qui ne manque décidément pas de ressources pour me laisser pantoise et complètement ahurie devant tant de diversités dans son désir de se démarquer.

 

Il y a d’abord eu le passage Gothique vers l’âge de 14-15 ans.

Vêtements plus noirs que cela vous mouriez avec déjà le pantalon sous les fesses, tee-shirts ignobles, déformés et le plus souvent ornés de têtes de morts, long manteau en cuir noir, combat shoes et début de la fuite face à un coiffeur.

 

Ensuite, nous avons lentement mais sûrement dérivé vers le Satanisme.

Si la tenue vestimentaire restait plus ou moins la même, par contre la décoration de sa chambre a subitement changé du tout au tout.

Etalage sur tous les murs de photos de morts dans leur cercueil …

Bon, j’admets bien volontiers qu’il était largement temps de passer à autre chose que Mickey ou encore Dark Vador mais là, j’avais un peu de mal.

 

Toujours autant de rejet par rapport aux ciseaux du coiffeur et apparition de « Pipette ».

Vous vous souvenez de Pipette ? … la première girlfriend du Récalcitrant ?

 

Allez, je vous fais un bref rappel, rien que pour le plaisir :

 

« Mon fils est rentré chez son père avec un… boudin.

 

Le cheveu plat et pas franchement net, l’œil triste, la démarche traînante, le maquillage qui coule.

Pardon ? Il ne coule pas ? C’est normal tout ce noir autour des yeux ?

Ah bon !  Tiens, j’ai dû louper une étape. Excuse-moi mon chéri.

Et le jeans taille hyper basse pour un boudin, j’ai quand même des doutes.

Que je n’ai pas le ventre super plat après deux grossesses, personne ne pourrait me le reprocher.

Mais chez la demoiselle, cela frise le surréalisme.

 

Attendez, je reprends : le cheveu plat, le maquillage qui coule… vous revenez de la piscine et elle a oublié d’enlever sa bouée ou quoi ?

Elle est comique la pipette !

Ce n’est pas une pipette mais un piercing ? Okééééééééé !

Elle en a ailleurs aussi ?

Dans la langue ! Oui. C’est une excellente idée ça.

Tant qu’on y est, un petit tatouage également pour parachever l’oeuvre ?

Non !

Aaaaaaaaaaaah, mais elle est bien cette petite finalement.

Et elle s’appelle comment cette fraîche jeune fille ?

Maïté !

Stooooooooop ! »

 

Mais rassurez-vous, Pipette a très vite été virée au profit d’une certaine Melle Shrek encore plus, comment dire … « typée » ?

Oui, on peut dire cela !

Et très rapidement écartée également … ouf !

Voilà, ça, c’est fait.

 

Du satanisme, nous avons glissé vers l’anarchisme / communisme … ???

Plutôt antinomique, je vous l’accorde mais je demeurais toujours placide.

 

Et enfin, une  nouvelle poulette, relativement dans les rangs (à mes yeux bien entendu) est apparue, calmant tous les principes politico-idéalistes de l’ado, l’influençant de surcroît quant à ses choix vestimentaires … de la couleur apparaissait enfin.

 

Pour la chevelure par contre, là rien ne changeait si ce n’est que tout poussait encore et encore mais il faut rester patient.

 

Patiente, je le suis restée !

Et, grande victoire, il a coupé ses cheveux suite au départ précipité de la poulette vers d’autres horizons.

 

Il était si beau mon fils !

Mais beau !

 

Je pavanais, limite avec l’envie de faire la roue du paon, emplie de bonheur et de fierté devant une telle réussite.

 

Cela a duré moins d’un mois, je vous le promets, moins d’un mois…

 

Il est rentré hier avec une crête sur la tête.

 

Non, on ne rit pas, merci … et encore, nous avons une chance relative puisqu’il ne l’a pas encore teintée en bleu ou rouge.

 

Je replie illico mon appendice de paon et me transforme en autruche, la tête dans le sol !

 

Allons-nous vers un come back de l’ère punk ?

Au secours, au secours !

 

 

09:55 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/02/2007

St VALENTIN OU Ste MARGUERITE ?

a

Bon, allez … on fait dans la circonstance ?

La St Valentin ?

C’est parti !

 

Inutile de revenir avec le cliché « fête commerciale » !

C’est comme cela, incontournable !

 

Les fleuristes qui, la veille, vendaient le bouquet de marguerites à 5 euros, le laisse partir le 14 février à 10 euros minimum.

Et ne venez pas me dire qu’il est difficile de trouver des marguerites en février, on trouve bien des chicons toute l’année.

Je m’éloigne, je sais et si le MIF m’avait ramené des marguerites, je le tuais.

Je déteste les marguerites …. voilà, ça, c’est fait !

 

Certains hommes ont la délicatesse d’offrir à leur épouse un fer à repasser, un aspirateur ou encore un robot ménager qui vous fait dans un même mouvement une compote de pommes, une purée de bintjes, une soupe de potiron, une sauce tartare, une pâte à crêpes et, by the way vous réduit en bouillie la bouffe pour Médor avec les restes de vendredi soir !

 

Génial !

Le jour où un homme m’offre ce genre de cadeau à la noix, il se prendra au souper la bouillie de Médor avec la compote et la purée … « Tu vois chéri comme j’amortis bien ton si joli présent ? »

 

Ceci dit, il vaut mieux effectivement utiliser ce style d'appareil le samedi matin, histoire d'avoir tout le WE pour le nettoyer ... vous voyez ce que je veux dire heureuses ménagères ?

 

Mon ex-mari m’a offert un jour de St Valentin deux livres de poche : « Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus » et « Comment maigrir en mangeant tout ce que l’on veut » (véridique) … j’étais folle de joie !

Du reste, c’est la même année que je l’ai quitté ! (re-véridique)

 

Cette année, mon fils s’est fait largué par sa copine juste avant la date fatidique.

 

Soyons clair, cela lui a évité le bouquet de marguerites mais j’ai eu droit tout le WE à mon grand échalas en sanglots et mon petit cœur de môôôôman n’a pas aimé du tout !

Pas du tout !

D'un autre côté, en ce qui me concerne, j'étais plutôt ravie mais ça, c'est un autre problème !

 

Par contre, par réaction, il a coupé tout court sa longue chevelure  et il est encore plus magnifique qu’avant !

Vrai !

NON, ne venez pas me dire que je suis subjective parce que c’est mon fils.

Il est beau comme un dieu et si j’avais 20 ans de moins et que je ne serais pas sa mère, je le draguerais bien volontiers.

 

Quant au MIF et moi, et bien nous avons mangé tout calmement une bonne choucroute et passé la soirée au calme, ensemble sans les mômes.

 

La St Valentin ?

Pour ma part, c’est tous les jours que nous la vivons parce que, naturellement, il ne faut pas un jour particulier pour dire à l’homme que l’on aime …

 

… et bien qu'on l’aime, tout simplement !

 

21:47 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/01/2007

FAITES DES ENFANTS !

 
a

 

Je ne vous apprendrai rien, certaines situations relèvent de l’incontestabilité.

 

C’est un peu comme la loi de Murphy qui dit qu’une tartine de beurre tombe toujours du côté beurré.

Sinon, c’est que le beurre a été mis du mauvais côté.

Et cette loi s’applique aussi aux tartines de confiture du reste.

 

Vous me suivez ?

 

Bon ! Je vois que vous êtes attentifs et je m’en réjouis.

 

Une autre loi : tout belge en voiture, dès qu’il pleut, ne trouve plus la seconde vitesse et traîne comme un escargot au printemps revenu, provoquant des embouteillages monstrueux.

 

Et je ne vous explique pas quand il se met à neiger, c’est un véritable poème –que dis-je – un cauchemar.

 

Tout ceci pour cela …

 

Toujours pour ceux qui suivent ma petite biographie « bloguesque », vous n’êtes donc pas sans savoir que mon dubitatif élève dans notre petite maisonnette deux serpents.

 

Et au passage, sachez qu’ils vont bien – vous avez du reste leur bonjour.

 

Mais rassurez-vous, ces gentils ophidiens ne sortent pas de leur terrarium.

Par contre, il leur faut un taux d’humidité et de chaleur constant.

Et pour se faire, les terrariums sont équipés de lampes spéciales.

Tellement spéciales qu’il est inutile d’essayer le Tom & Co du coin.

 

Et, vraiment l’année commence mal, certaines ampoules ont rendu l’âme.

 

Horreur : le dubitatif s’énerve et quand il a une idée en tête, il ne l’a vraiment pas ailleurs … « Maman, il faut absolument aller en acheter de nouvelles »

 

Petite étude géographique de la Belgique : les magasins spécialisés en reptiles les plus proches de chez moi sont situés soit à Binche soit à Strombeek Bever.

 

Pour votre info, il y a encore peu, j’étais blonde – ce qui n’est plus le cas – et même si je n’ai pas encore récupéré toutes mes facultés, j’y travaille d’arrache pied.

 

Nous optons donc pour les faubourgs de Bruxelles et attaquons le ring, en fin de journée, un jour de pluie.

 

Vous suivez toujours ?

 

2 heures, montre en main, pour remplir cette mission surréaliste avec une Marivic quelque peu crispée, qui se tape les bouchons, se trompe de route, se fait engueuler au téléphone par le récalcitrant qui, entre temps, est trempé devant la porte close de la maison sans sa clé …

 

Faites des enfants !

 

Le dubitatif quant à lui, se racrapote comme il peut sous la boîte à gants, se rendant compte que sa mamounette va exploser mais que c’est aussi par amour qu’elle fait cela pour lui.

 

3 ampoules … 77 euros !

J’étais folle de joie.

 

De retour à la maison, j’avais le regard assassin, le cheveu hirsute, la tension au maximum, mais quand j’ai vu l’étincelle de bonheur frôlant les 100 watts dans les yeux du dubitatif … j’ai su que je n’avais pas fait tout cela pour rien non plus.

 

Qu’est ce que l’on peut les aimer ces sales gosses !

Hein ?

 

10:44 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/12/2006

ET SI VOUS NE CROYEZ PAS CELLE-LA, JE VOUS EN RACONTERAI UNE AUTRE

images

31 décembre de l’an -1 

Cette année, tout est un peu spécial.

 

Pas encore à l’image de notre passage à l’an 2000 avec toutes les caméras de France et de Navarre pointées sur l’horloge de la Tour Eiffel pour le décompte final, mais …

Ils avaient envisagé un moment un décompte sur la Tour de Babel qui, comme tout le monde le sait, était située à Bruxelles. Et c’est depuis du reste que l’on entend dans les caberdouches la fameuse expression « cesse donc de babeler » !

N’importe quoi ! Je sais, mais cela m’amuse.

  

Bon ! Revenons à nos moutons ou plutôt à notre petit Joseph qui se rend au bal aux lampions de son quartier.

Il est tout guilleret. La nuit est étoilée et les yeux de « ô Marie, si tu savais » aussi en prime.

Drague gentille, bisou sous le houx à minuit et il la ramène très chastement chez ses parents sans détours par aucune case départ. Non ! Il a de l’éducation le père Joseph – enfin, père, il ne l’est pas encore et, à cette heure-là, il n’a vraiment aucune idée de ce qui va lui tomber dessus non plus !

 

Les mœurs étant ce qu’elles sont, nos petits tourtereaux se voient de plus en plus mais pas de bagatelle avant le mariage, cela ne se fait pas.

 

Jusqu’à ce jour de printemps où Marie annonce, la bouche en cœur à son Joseph, qu’elle est enceinte.

Ah mais, c’est qu’il n’est pas content du tout le gaillard ! Il n’a même pas encore pu jouer avec la salle de jeu que la nursery est déjà garnie…

Oui, poursuit-elle, et c’est par l’opération du Saint Esprit !

Attends Joseph, parce que si tu ne crois pas celle-là, elle va t’en raconter une autre, fais lui confiance… c’est une femme, ne l’oublions pas!

 

Soit. Nous ferons l’impasse sur la grossesse dont personne n’a du reste jamais parlé puisque tout le monde s’en foutait aussi.

Naissance, la veille de Noël en plus (bonjour le réveillon !), dans une étable avec des moutons, un bœuf et un âne en guise de personnel hospitalier et voilà notre petit couple les heureux parents d’un gamin dont on parle encore aujourd’hui.

 

Il faut dire qu’il aura passé sa vie à se faire remarquer par ses petits camarades : et que je te multiplie mon quatre heures pour toute la cours de récré, et que je transforme l’Evian en Bourgueil, et que je fasse le malin à la côte en marchant sur l’eau, et que je ne trouve rien de mieux que d’inviter tous mes potes au resto « A la grande Cène » le jour de mes 33 ans pour me faire en plus truander par l’un de mes meilleurs amis …

 

Ceci étant, 2 millénaires après … on fête encore son anniversaire – ce n’est pas mal quand même, non ?

 

Bon, ce n’est pas avec un gâteau de chez Wittamer – 2006 bougies, cela nous ferait une pâtisserie digne du livre des Records mais avec une bûche de Noël sur laquelle on plantera une petite biche en plastique à la place d’un âne et d’un bœuf.

Ce n’est pas bien grave, c’est l’intention qui compte.

 

;-)

 

Allez je vous laisse!

Joyeux Noël à toutes et tous et portez-vous bien!

 

Marivic

 

 

11:27 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/12/2006

REDDE CAESARI QUAE SUNT CAESARIS

 
a

 

Scoop en ce début d’année 2006 : Johnny voulait opter pour la nationalité belge !

 

Petite bio :  Jean-Philippe Smet naît à Paris d’une mère, plus française que cela tu meurs, et d’un père … quelle honte … belge !

 

Bon, j’admets tout à fait que le papou de notre Jojo n’a pas eu vraiment l’air de se soucier de sa progéniture pendant de longues années.

 

Jusqu’au jour où le fiston a commencé à avoir du succès.

 

L’histoire raconte qu’il se serait dès lors manifesté auprès de son fils et que celui-ci l’aurait jeté dehors.

Je peux comprendre, même si cela ne me regarde pas – il ne faut pas exagérer non plus - mais soit, c’est leur histoire, pas la mienne.

 

Mais, rendez à César ce qui appartient à César.

Il faut bien avouer que notre Johnny a bien mené sa barque sans l’aide de son paternel.

 

Il s’est bien marré aussi.

4 mariages et 1 enterrement ?

Je n’irai pas jusque là mais nous épinglerons au passage Sylvie V., Babette, Nathalie B., Aline et Latatia (merci Monsieur Gerra).

Avec à la clé, David, Laura et à présent Jade.

 

Ca c’est le côté officiel des choses et, au risque de me répéter, c’est encore son problème et toujours pas le mien.

 

Mais on nous a fait tout un plat parce qu’il voulait devenir belge.

 

On nous bassinait à la radio et dans les journaux : « pourquoi Jean-Philippe Smet demande-t-il la nationalité belge ? »

Retour aux origines ?

Envie de chanter du Brel sur un rythme rock'n roll ?

Je vois déjà …

"Quand on n'a que l'amûûûr" et "Le plat pays qui est le mien,...Oh Yeah"

 

Et on a extrapolé, et on a supputé, et on a interrogé les gens dans la rue et même la fille de la concierge de l'ancien domicile du père.

 

D'abord, on s'en foutait plutôt !

Johnny pouvait devenir Inuit ou Pygmée d'adoption, ça ne m'empêchait pas de me resservir de frites le soir si l’envie m’en prenait.

 

Personne n'avait au départ penser mentionner le fait qu'un français ne puisse pas devenir résident monégasque, mais un belge bien !

Pas vrai Justine ?

 

Par contre, au cas où certains d’entre vous l’ignoreraient, pour les Français désireux de payer moins de taxes, il suffit de se domicilier en Belgique.

 

Exemples ?

Bernard Tapie (XL), Daniel Auteuil et, à l’époque, Emmanuelle Béard (Lasne), la fille Onassis (Lasne toujours je pense) et j’en passe.

 

Parce que le régime fiscal pour eux est nettement différent que pour nous, gentils et pigeons petits Belges … !

 

Mais, Johnny s’est vu débouté !

 

Oublie gamin, on a compris ton petit manège.

Et inutile de nous pousser une petite chansonnette dédiée tout spécialement à ton papou que tu as finalement tant aimé, malgré toutes les adversités de ta triste vie.

 

Et Jojo a finalement changé d’avis : il pense très sérieusement que l’air helvète sera meilleur pour Latatia et Jade.

 

Il a surtout compris qu’il fallait cesser de nous prendre pour des c….

 

 

14:26 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/12/2006

L'EFFET PAPILLON

a

 

 

C'est l'automne.

Je pousse les feuilles des pieds en marchant.

Nous avons un automne doux, c'est exact mais comment sera l'hiver ? 

Pourquoi?

Je pense à l'effet papillon inventé par Prigogine, notre Prix Nobel: un papillon bat des ailes à Bruxelles, ça fait un petit courant d'air qui en rencontre un autre et ça finit comme ouragan à Pékin… Tout ça pour un battement d'aile…

Au Journal Télévisé, ce jeune père de 28 ans, magasinier salarié mais divorcé. Du coup, il ne lui reste plus assez pour son loyer. A peine… pas assez, mais pas assez. L'effet papillon… Il est à la rue. Il travaille… mais il est à la rue la nuit.

Ça dérange nos neurones qui nous suggèrent que si quelqu'un est à la rue c'est quand même qu'il n'a pas eu tout le courage nécessaire… qu'il l'a « un peu cherché »?

Ça c'est un raisonnement devenu tout faux. Il travaille le gars. Mais la marée de la misère monte et s'approche de nous…

Ces gens, c'est vous, c'est moi. Un effet papillon et l'on passe du confort trois étoiles à la belle étoile de la rue… Tout cela sous notre regard très légèrement narquois, nous qui n'avons pas encore été soufflés comme des papillons ou semés loin derrière par la Société, comme des pissenlits.

Un battement d'aile du destin et vous êtes à la rue. Oh, peut-être que ça ne peut pas vous arriver à vous, précisément… mais n'en soyez pas si sur. Parfois, c'est simplement le cœur qui se retrouve au froid dans la rue… pendant que votre corps est bien au chaud… Ça vous est peut-être déjà arrivé…

Je vous propose une inversion: vous mettez votre corps au froid pour réchauffer des cœurs: le vôtre et les leurs. Leurs? Oui, ceux qu'on appelle les SDF (ce qui, contrairement à ce que croient certains, ne signifie pas 'Sans Difficultés Financières'…).

Que faire? J'ose à peine vous le demander tellement c'est peu… : vous prenez une boîte de chaussures, vous y mettez un mot gentil pour le Nouvel An - de vous à elle/lui - et vous la remplissez de choses qui se mangent froides, qui conservent et qui font plaisir. Pain d'épices, chocolat, petites conserves ouvrables à la main et mangeables froides (saucisses ou sardines par ex). Pensez aussi à faire une boîte pour leur chien, leur dernier ami / couverture… mais indiquez bien « C » sur l’emballage. Vous déposez vos boîtes dans l'un des points de dépôts de l'Asbl les Samaritains (www.les-samaritains.org).


Ce que vous apporterez ne les sortira pas de leur misère. Mais votre geste fera deux ailes d'effet papillon positif : l'un pour eux, l'autre pour vous. Et quelque chose prend son envol. Bougez ! Mais bougeons, que diable, sinon, c'est quoi tous nos mots et nos beaux sentiments ?

Merci au passage à Amadeus pour ce magnifique texte et à toi Martine pour nous aider à le relayer.

Et merci pour eux.

10:18 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/12/2006

NON, CE N'EST PAS LA GAY PRIDE

a

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

St Nicolas!

Pour ceux qui l’ignoreraient, vécut au IVème siècle et fut patron de la Russie avant d’enquiquiner les parents, et surtout leur portefeuille.

 

Ca, c’était la petite minute culturelle, histoire que vous ne passiez pas la journée sans avoir appris quelque chose.

 

St Nicolas…

 

Avez-vous déjà essayé de faire le compte du nombre de pingouins qui portent la robe rouge et la barbe blanche dans les grandes surfaces à partir de la mi-novembre ?

Et encore heureux qu’ils ne se trimballent pas tous avec un âne à leurs basques, ce serait joli.

 

Vous savez pourquoi il y en a tant ?

Pour infliger aux pauvres parents que nous sommes un véritable parcours du combattant histoire d’éviter que nos petites têtes blondes soient perturbées parce qu’il est difficilement explicable à ces enfants qu’il n’y en a qu’un quand ils en croisent 4 sur le même après-midi.

 

Non, ce n’est pas la Gay Pride mes chéris – c’est bon, on vous expliquera plus tard!

 

Et voilà ces adorables p’tits loups qui nous confient leur lettre de commande : une X-Box et bien entendu les jeux qui l’accompagnent, un garage avec 15 voitures (si elles sont téléguidées, c’est encore mieux), un circuit électrique (regard en biais vers le père pour voir s’il n’aurait pas fait de l’intox de ce côté-là), une boîte du parfait petit chimiste et une batterie.

 

Ben voyons! Nous ne nous appelons pas Rothschild. Cela se saurait.

Quoi? C’est quand même votre ami St Nicolas qui régale?

Oui, enfin si l’on veut. Va falloir que je lui écrive aussi à ce celui-là.

 

On transige et l’on se fend pour la X-Box, le garage et leurs accessoires.

Ce n’est déjà pas si mal me semble-t-il.

 

Les gamins, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ricanent!

 

Parce que le 6 décembre juste emballé, se pointe à l’horizon le Père Noël.

 

Il nous arrive tout droit de Laponie avec ses rennes (non, je ne fais pas dans le documentaire animalier).

Et il dépose au pied du sapin le circuit, la bombe à retardement (voir plus haut) et la batterie.

 

P’tits loups sont très heureux.

Nous, complètement ratiboisés.

Ils ont vraiment l’air contents nous confie belle-maman.

Vous, votre g…. !

 

Et si, par hasard, l’un des deux se mettait à perdre une quenotte dans la foulée?

Nous voilà mûrs pour nous recycler en petite souris dépensière parce que nous ne pourrions tout de même pas ne pas saluer dignement le fait que notre bébé grandisse.

Même s’il aura le sourire idiot pendant quelques jours.

 

Allez, OK, j’arrête de critiquer !

 

Maintenant, mon récalcitrant et mon dubitatif ont, fort heureusement, passé l’âge de croire encore en St Nicolas, mais cela ne les empêche pas non plus de me faire de grands appels du pied – parce qu’une tradition, reste une tradition.

 

Et d’autre part, ils n’en sont pas encore au stade de devoir porter des dentiers … me voici sauvée sur ce coup-là.

 

Voilà, c’était tout pour aujourd’hui … et bonnes courses de St Nicolas à tous les concernés.

10:28 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/11/2006

DES BIENFAITS DU FRENCH KISS

a

 

Voilà plus ou moins 6 mois que le récalcitrant est amoureux.

 

Si vous vous en souvenez, nous avions eu au départ Pipette (cfr mon post du 10/03).

Pipette a été virée après peu de temps, et à mon grand soulagement.

 

Ensuite, nous avons eu Melle Shrek.

Là, nous allons nous attarder un peu sur ce cas-ci et, je vous rassure tout de suite, elle n’a pas fait long feu non plus la damoiselle.

 

Que je vous explique :

 

Je débarque un soir chez mes mômes, à l’époque où leur papounet vivait encore.

Je m’installe avec le dubitatif, sa belle-mère et nous prenons un verre.

Où est le récalcitrant?

Il arrive!

 

En effet, il arrive, mais pas seul : avec la réplique exacte de Mademoiselle Shrek.

Vous savez? L’adorable princesse qui tombe amoureuse du « monstre » Shrek et qui, pour les besoins de sa crédibilité auprès des jeunes spectateurs de dessins animés, se transforme elle-même par amour, en réplique féminine de notre héros.

 

Bon, OK, elle n’était pas verte.

Mais subitement, moi je le deviens !

Et ma 1ère parole, en regardant la demoiselle, fût : « c’est quoi ça? »

Promis, juré, cela m’a échappé.

 

Maintenant, que les choses soient bien claires entre vous et moi : elle avait le physique qu’elle avait et ce n’était pas de sa faute mais je ne suis pas persuadée non plus que la majorité d’entre vous, Mesdames, se soit promenées pieds nus et l’œil conquérant quand vous êtes arrivées pour la 1ère fois chez des gens que vous ne connaissiez pas.

 

Parce que Shrekounette était pieds nus, insolente, extrêmement sûre d’elle et revendiquant en plus le fait qu’elle prendrait bien un chips.

Tu ne veux pas aussi que nous te fassions couler un bain ma poulette et que nous t’y servions une petite coupette de champagne?

Parce qu’il ne faudrait pas hésiter ma chérie!

 

J’ai pour ma part beaucoup de culot, mais je vous assure que jamais je n’aurais osé, et n’oserais encore aujourd’hui me comporter de cette façon.

 

Elle a beaucoup de chance la gamine de ne pas avoir adopté ce genre d’attitude chez moi, parce qu’elle volait manu militari dehors, avec ou sans ses grolles!

Du reste, depuis, plus de nouvelles de notre cartoonesque damoiselle.

 

Mais aujourd’hui, nous avons en magasin « la Puce ».

 

Pourquoi la Puce ?

Heu …, 1m54 dépliée à côté du mètre 82 du récalcitrant, ceci explique son surnom, non ?

 

1m54 peut-être, mais un solide caractère et de la santé la gamine.

 

Le récalcitrant se lave à nouveau régulièrement, en ce y compris sa longue chevelure.

Il a échangé ses Combat Shoes contre de traditionnelles chaussures.

Pulls classiques… bon, le jeans se positionne toujours sous ses fesses mais on ne peut pas tout avoir en une fois non plus, vous en conviendrez.

 

Ceci dit, avoir des conversations avec eux relève du surréalisme : même après 6 mois, ils en sont encore et toujours aux séances de détartrages permanents.

 

Heureusement qu’il a été prouvé scientifiquement que le French Kiss avait des avantages parce que, tout en faisant quelque chose d'agréable, vous activez 29 muscles, 12 pour les lèvres et 17 pour la langue. Une petite gymnastique qui vaut bien des crèmes de beauté.

Et avec une accélération du pouls jusqu'à 150 battements par minute, un excellent exercice cardiovasculaire.

 

Donc, me voilà rassurée sur ce plan.

 

Pour le reste, au niveau de l’ordre ou de l’aide à la maison, il y a encore du boulot.

 

Et ne venez pas me dire qu’il faut attendre que jeunesse se passe !

 

Maintenant, vous le savez bien aussi, Marivic est la reine des emmerdeuses, et elle assume en plus.

 

Allez, belle journée à tous.

 

11:44 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24/11/2006

PETITE FABLE : LA CIGALE, LA FOURMI ET LE FUSIL

a

 

Il suffit que je m’installe un instant devant les news à la TV et dès que l’on prononce « Charleroi », j’hurle déjà de rire.

 

Voilà qui me met d’excellente humeur tous les soirs avant d’affronter les monstres qui dévalisent le frigo, traînent pour faire leurs devoirs (remarquez en passant que j’ai les deux seuls ados de Belgique qui prétendent ne jamais avoir de devoirs … ;-), les envoyer au bain, vite faire tourner une machine à laver, préparer le souper etc, etc, etc … inutile une fois de plus de vous décrire la vie palpitante d’une mère de famille affublée d’un récalcitrant et d’un dubitatif, sans compter le MIF.

Mais bon, je les aime tellement aussi, donc j’assume !

 

Alors, nous avons dans l’ordre de la programmation cathodique : « C’est pas sorcier », « Des chiffres et des lettres », « Friends », « les Simpsons » (vous constaterez que plus l’heure avance, plus on sombre dans la crétinité … et si ce mot n’existe pas, je m’en fouts complètement parce que je fais ce que je veux).

 

Mais MOI, je ne transige pas sur les News.

 

Charleroi, c’est encore mieux que Dallas : des retournements de situations magnifiques, des méchants, des soi-disant gentils que l’on n’arrête pas encore parce qu’il manque de place dans la succursale de la Maison Communale, des innocents qui n’étaient pas au courant, des fourmis qui parviennent à économiser quelques 2 Mio d’euros mais qui ne les placent pas en banque parce que – et c’est bien connu – un coffre personnel produit plus d’intérêts qu’un organisme bancaire, des cigales qui n’hésitaient pas à dépenser les deniers de la ville pour s’offrir des vacances …

 

Vous voulez que je vous dise ?

Il va y avoir un problème à très court terme et nous allons devoir vite fait mettre sur pied une fondation « Nœuds Papillons » parce que notre serein Elio a pratiquement bouffé tous les siens ces dernières semaines.

Ses tiroirs sont vides mes enfants ….

Si quelqu’un à un filon pour un stock de nœuds rouges, merci de me contacter, je transmettrai à St Nicolas : lui ne devrait pas encore être véreux !

 

Mais, à côté du marasme carolo, on ne rit plus du tout lorsque l’on passe au chapitre VW.

Là, St Nicolas va avoir du mal à trouver une solution.

C’est beau l’Europe, hein … ?

Et si je laissais parler la Reine Mère (ma mère quoi !) elle nous dirait certainement : « Encore un coup de ces sales Boches » !

No comment please …

 

Et finalement, tout cela n’est pas très réjouissant.

 

Alors, je vais me consoler avec l’un des nombreux films de Philippe Noiret qui ne manqueront pas de passer ce soir à la télé.

 

Une magnifique voix s’est éteinte et est partie rejoindre celle de Gabin ou encore de Ventura.

Le vieux fusil nous a quitté à jamais pour retrouver également la belle Romy.

 

Bon vent l’Artiste !

12:55 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

17/11/2006

J'AI ETE UN ANGE !

b

Ca y est, c’est reparti … les illuminations de Noël réapparaissent progressivement dans les rues et s’il y a bien une chose dont j’ai horreur, c’est de cette période qui arrive.

Et vous allez voir que d’ici un mois, pendront à toutes les fenêtres des immeubles des Pères Noël idiots à 3 euros de chez Aldi.

Les vitrines vont clignoter, encore mieux que rue d’Aarschot, les étals des magasins vont regorger de gibiers de tous ordres, les gens vont courir dans tous les sens pour trouver des cadeaux à mettre sous le sapin …

 

Ah le sapin, aussi une grande invention que voilà.

Mon ex-mari s’obstinait chaque année à ramener un sapin de 2m50 (je précise sans racine) qu’il arrimait comme il le pouvait dans un coin du living.

Autant vous dire que la largeur du sapin étant proportionnelle à sa hauteur, plus personne ne savait bouger dans ce salon, ce qui soit dit en passant, avec des petits enfants relevait du surréalisme absolu.

Et comme Noël doit se préparer à l’avance, le sapin était entré pratiquement juste après le passage de St Nicolas et était prié de tenir jusqu’au Nouvel An.

Oui, oui …

Mais un sapin, sans racine, placé dans une maison chauffée à l’électricité (et donc avec un air ambiant particulièrement sec) … et bien, cela perd bien entendu rapidement ses épines et donc, pour ceux qui suivent, ses boules aussi.

On se demande pourquoi je suis nerveuse parfois !

Et quand, enfin, j’avais l’autorisation de l’enlever – seule bien entendu – je retrouvais mon salon, les tapis et les fauteuils bourrés de petites épines qui, toutes rassemblées, me faisait un fort joli tas que j’étais invitée à aller étaler sur les rhododendrons !

Je hais les rhododendrons !

 

Il y a aussi les traditionnels repas familiaux au cours desquels nous sommes tous priés de faire bonne figure (c’est la trêve non ?) et donc de sourire à cette andouille de belle-sœur que l’on ne peut définitivement pas encadrer, de rire aux blagues idiotes de l’oncle qui a un sérieux coup dans l’aile et, dès le dessert terminé, d’assister aux échanges de cadeaux.

Je vous jure que chaque année, dans ma belle-famille, il y avait TOUJOURS au programme des pantoufles pour la belle-mère et des caleçons Mickey/Donald pour les cousins.

 

Mais il y a quand même une chose qui me revient en mémoire : cette crèche vivante lors d’une messe de minuit, il y a bien longtemps.

Forcée, contrainte par ma très catholique mère, j’y ai participé avec ma guitare, déguisée en ange (pas de remarque dans le fond de la classe SVP), affublée de deux grandes ailes en plumes blanches.

Vous ne me croyez pas ? Il y a des photos … mais je les vends !

Avis aux amateurs.

 

Allez, bonne préparation des fêtes à tous – pour ma part, ce sera le Yuka de mon proprio affublé d’une petite guirlande.

Il ne risque pas de perdre ses feuilles celui-là au moins (le Yuka, pas le proprio bandes de nains) !

 

 

 

09:48 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/11/2006

QUE DES BONNES NOUVELLES !

 
a

Je vais vous faire une petite confidence : je suis membre de la Ligue des Optimistes de Belgique (si, si, cela existe vraiment !).

 

Bon, si je suis membre, je ne suis pas pour autant assidue aux réunions (pardon Olivier) mais ceci pour vous expliquer qu’il faut toujours essayer de voir le bon côté des choses, quoiqu’il arrive.

 

Quelques petits exemples parlants :

 

Le Récalcitrant accroc aux amphétamines !

 

Voulez-vous lire une toute belle nouvelle ?

A partir du moment où j’ai décidé qu’à son âge il y avait des choses nettement plus intéressantes à faire et que j’ai mis en œuvre mon plan d’attaque plus que personnel, il s’est immédiatement calmé.

Je vous jure que c’est exact et, by the way, si certains d’entre vous rencontrent le même problème, c’est sans souci que je vous donnerai ma petite recette.

 

Ceci étant, nous avons été manger un soir entre nous, sans Dubitatif ou MIF dans le quartier.

Il m’a alors expliqué qu’il avait essayé la coke, le speed, l’exta et j’en passe – tout ceci en me donnant les caractéristiques chimiques de chacunes de ces marchandises de rêves/cauchemars (biffer la mention inutile)

 

Si l’on veut considérer, dans ce cas-ci, le beau côté des choses, je me focaliserai sur le fait que cet ado a très bien compris le principe de l’étude de marché si chère à la bonne élaboration d’un dossier de Marketing et que, d’autre part, il est très doué en pharmacologie …

Quand je vous disais que j’avais de bonnes nouvelles pour vous … Hein ?

 

Mais, nous n’allons pas en rester là.

Non, non, non ! Comptez sur moi !

 

Passons au Dubitatif.

 

Petite réunion avec sa titulaire et votre Marivic arrive fière comme Artaban, le bulletin de l’enfant sous son bras.

« Madame, il y a un problème : votre fils est en échec ! »

???

« Oui, et en plus, nous le soupçonnons fortement d’être surdoué … ! »

 

J’ignore si vous êtes conscients des problèmes que peuvent poser ce type d’enfant et, comme en Belgique, il n’y a pas de structures  réelles adaptées aux HP (Haut Potentiel), je ne suis pas dans la m…., d’autant plus quand votre adorable bambin vous explique qu’il est allé trouver son prof de biologie à la fin d’un cours pour lui expliquer qu’il avait fait deux erreurs dans son cours.

Si certains profs l’acceptent, d’autres pas … et bonjour les dégâts potentiels.

 

Mais d’un autre côté, il devrait être capable d’éviter plus tard de se retrouver simplement poinçonneur à Roodebeek.

Voilà une bonne nouvelle de plus.

 

Ouvrons à présent nos œillères et pointons encore deux petits exemples.

 

Notre remarquable Prince Philippe…

 

Il vient d’entrer dans le Groupe Bilderberg, groupe qui rassemble des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l'économie, de la finance, des médias, des responsables de l'armée ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires.

« Pour ceux qui enquêtent sur les réseaux de pouvoir, le Groupe de Bilderberg est un véritable gouvernement mondial occulte. Au cours de ses réunions, des décisions stratégiques essentielles y sont prises, hors des institutions démocratiques où ces débats devraient normalement avoir lieu. Les orientations stratégiques décidées par le Groupe de Bilderberg peuvent concerner le début d'une guerre, l'initiation d'une crise économique ou au contraire d'une phase de croissance, les fluctuations monétaires ou boursières majeures, les alternances politiques dans les "démocraties", les politiques sociales, ou encore la gestion démographique de la planète. Ces orientations conditionnent ensuite les décisions des institutions subalternes comme le G8 ou les gouvernements des états. » (www.syti.net/Organisations/Bilderberg.html)

N’est ce pas encore et toujours une bonne nouvelle à épingler ?

Le voilà qui va pouvoir s’éloigner des problèmes de surpopulation à la prison de Jamioulx, des soucis de déshydratation de Michel D, des sociétés immobilières congolaises et donner son avis éclairé et réfléchi  sur telle ou telle question à Henry Kissinger, Etienne Davignon, Hillary Clinton, David Rockefeller et j’en passe.

Ceci dit, ce n'est pas nécessairement gagné non plus mais bon ...

Et puis Mathilde va être tellement fière de son Philou … j’en suis toute retournée.

Allez, une petite dernière pour la route ?

Saddam Hussein a été condamné à la pendaison.

Personnellement, en comparaison avec la façon dont il a, en son temps, traité quelques uns de ses compatriotes, je trouve qu’il n’a pas à se plaindre.

Et peu d’entre nous ignorent quelle ultime sensation de bonheur peut procurer la pendaison pour un condamné mâle … ;-)

Je vous le disais en commençant : il faut toujours essayer de voir le bon côté des choses.

 

PS : merci à mon pote Vincent pour l'inspiration d'une partie de cette "chronique". Je n'ai pas voulu te plagier parce que tu me surpasses au delà de tout mais il est vrai que tu m'as donné une idée sur ce texte-ci. Sans rancunes, et RDV dimanche aux carricolles pour l'apéro, que je t'offre avec plaisir ...

14:47 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/10/2006

LE GRAND SAUT POUR 5 EUROS

 

a

 

Je savais qu’il fumait des pétards.

Je le voyais changer depuis quelques jours.

Je me doutais qu’il y avait autre chose.

Hier soir, il m’a dit qu’il prenait aussi des amphétamines.

Je lui ai demandé combien coûtait un comprimé.

Il m’a dit : « 5 euros » !

Je lui ai tendu 5 euros en lui demandant de m’en acheter un.

Il a eu l’air abasourdi.

Je lui ai expliqué que je voulais ressentir la même chose que lui et que donc, j’avais, moi aussi le droit d’en prendre.

Il a refusé.

Je lui ai dit que s’il ne m’en ramenait pas, j’irais moi-même en acheter.

Et aussi que je prendrais cette crasse devant lui et que je comptais sur lui pour appeler le 100 si cela tournait au vinaigre.

Il était complètement déboussolé.

Va-t-il m’en ramener ?

Je ne sais pas.

Mais il sait aussi que je suis capable de le faire, par bravade et pour lui prouver à quel point il est con !

Tu es vraiment con mon amour, mon récalcitrant !

Mais tu ne vas pas gagner sur ce coup-là.

Foi de chieuse de mère !

 

15:43 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

17/10/2006

IL SUFFIT PARFOIS DE PRESQUE RIEN

a

 

 

Se lever calmement, faire couler un bain, se préparer un café, plonger dans la mousse et écouter la radio en sourdine tout en dégustant le kawa, entendre que le soleil va briller au flash météo.

 

Et la journée débute en douceur.

 

Checker son agenda pour éventuellement envoyer un message de bon anniversaire à un ami, envoyer un sms à quelqu’un à qui l’on a envie de souhaiter une toute belle journée de croquis sous le soleil, éveiller les enfants (gueuler un peu pour accélérer le processus), fermer son home sweet home et démarrer direction l’école d’abord et le bureau par la suite.

 

Planning chargé aujourd’hui, très chargé mais quand on bosse avec des gens de qualité, ce n’est pas un problème en soi.

 

Se taper quand même un minimum d’embouteillages, ça c’est moins drôle !

 

Mais quand à un feu rouge, la personne qui se trouve dans la voiture à côté de la vôtre vous offre un simple sourire spontané, comme cela : cadeau … là, votre journée s’illumine subitement.

 

Et c’est là aussi que vous comprenez qu’il suffit parfois d’un tout petit rien pour donner un peu de bonheur.

 

Merci pour ce sourire Madame.

20:33 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/10/2006

JOHN LENNON ET ANNIE CORDY

 

 

 

a

 

 

Je suis née le même jour que John Lennon !

Ca, c’est une nouvelle qui ne devrait pas fondamentalement modifier le cours de votre journée et je le conçois parfaitement bien.

 

Mais il faut que vous sachiez aussi que je déteste John Lennon et que j’ai chaque année droit ce jour-là à l’intégrale de ses chansons sur ma petite station de radio favorite.

L’horreur !

 

Remarquez, j’aurai pu tomber plus mal encore et naître le même jour qu’Annie Cordy …

Et en avant pour les « Tata Yoyo » ou autre « Bonne du curé » … de quoi faire une belle farandole avec la petite famille autour de la table de la salle à manger.

 

Voilà ! Ca c’est fait !

Quoi ça ?

Ben la touche de départ idiote pour mettre de côté la pudeur et en arriver à un petit instant d’émotion et de reconnaissance envers l’Amour et la Vie.

 

Parce qu’il faut que vous sachiez que dans une semaine, il y aura un an que le père de mes ados est parti rejoindre d’autres cieux … le jour anniversaire même du dubitatif.

 

Et que depuis un an, ces enfants ont dégusté.

 

Et puis, il y a eu l’arrivée de MIF (Mon Incroyable Fiancé) – ça, c’est pour ceux qui suivent !

 

Et MIF, par sa gentillesse, sa présence, son humour, son côté enfant aussi a réussi, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, à apprivoiser en tout cas ledit dubitatif.

 

Lorsqu’ils jouent ensemble, j’ai comme l’impression de voir deux bobtails qui courent et s’amusent dans un grand pré.

Ils rient, se battent, se charrient … un vrai bonheur.

 

Et hier soir donc, pour l’anniversaire de notre vieux Beatles, nous étions réunis en « famille » avec les mômes, le MIF et mes amis « rochers ».

 

Le récalcitrant n’était pas au meilleur de sa forme, il faut l’admettre.

Il faut dire aussi qu’il a fait de grosses conneries le WE dernier mais ça, cela ne vous regarde pas.

 

Par contre, j’ai simplement constaté que mon dubitatif s’était épanoui, qu’il pleurait de rire, qu’il revivait enfin.

 

Merci MIF !

Même si au grand jamais tu ne pourras remplacer leur père, c’est au-delà du reste, le plus beau cadeau que tu pouvais me faire.

16:17 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/09/2006

DE TOUTE FACON, JE FAIS CE QUE JE VEUX!

 

Vous vous levez un matin, pleine de jolis doutes, vous attrapez le Prédictor de service … et vous descendez dans la cuisine, l’œil humide et les mains déjà protectrices sur votre ventre pour embrasser le futur papa qui ne capte pas tout de suite que sa vie va changer du tout au tout dans 9 mois, trop concentré qu’il est, le bougre, à touiller dans son café.

 

Remarquez, personnellement, j’ai expédié la mission en 8 mois et de toute façon, je fais ce que je veux !

 

Ce détail juste pour vous expliquer ce qui va suivre.

 

Jour J … et ledit bougre rentre du bureau après un lunch d’affaires bien arrosé – il ne pouvait pas anticiper, je vous l’accorde !

C’est là que démarrent les signes annonciateurs de l’arrivée du héros du jour … et de votre vie aussi mais ça, c’est une autre histoire.

 

Chéri ? Allo ! Terre appelle lune … Bon, je ne vois plus qu’un mince quartier là – va falloir agir autrement.

 

Allo ? Suis-je bien chez le Dr X ? Il est là ? Non ?

Le connaissant, je sais où il est et je doute qu’il ne boive que de l’eau.

 

Les enfants, on n’est pas vraiment aidé sur ce coup-là.

 

Première étape : conseiller fermement au papa de se brancher une perf d’Alka dans le bras pour palier la solide gueule de bois qu’il risque de se taper à très court terme.

 

Deuxième étape : se rendre à l’hosto et bouffer l’oreiller bien obligeamment fourni par l’infirmière parce que les contractions s’intensifient et que vous préférez retarder actuellement l’arrivée de l’anesthésiste.

 

Troisième étape : tenir le coup le plus longtemps possible histoire que l’Alka fasse son effet et que le digne papa récupère un minimum de ses capacités afin de ne pas offrir à son rejeton un visage en équerre à la sortie des artistes.

 

Quatrième étape : quand enfin tout le monde est prêt … (je vous signale au demeurant que moi, j’ai passé toute la nuit à être prête mais bon … ) lancer les opérations et mettre au monde le futur ado.

 

Et je vais vous dire, la meilleure dans tout ceci : c’est l’air triomphateur du papa qui « gsm » à toute la petite famille que tout c’est super bien passé et que finalement, accoucher n’est pas si compliqué que cela !

 

Elle n’est pas belle la vie ? Mais oui !

 

… c’était il y a exactement 17 ans.

Bel anniversaire à toi mon fils chéri, mon récalcitrant !

 

Maman

 

00:05 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/09/2006

AUX GRANDS MAUX, LES GRANDS REMEDES !

 

Cette fois, c’est fini, j’en ai vraiment marre !

 

Cela fait des mois que je me ruine en shampooings anti-poux pour mes ados et rien n’y fait.

 

La dernière fois que je suis allée chez le coiffeur avec le dubitatif, Figaro m’a signalé adroitement que cet enfant était bourré de poux.

Pas question de prendre un air embêté … vous me connaissez un peu à présent.

Et de foncer, la tête haute à la pharmacie de garde pendant qu’il terminait sa coupe.

 

Quant au récalcitrant, avec sa longue chevelure qu’il démêle une fois par semaine (les bonnes semaines) ce terrain constitue un magnifique abri pour nos amis les parasites.

 

Shampouiner est une chose mais passer le peigne ad hoc en est une autre … du tout grand bonheur, croyez moi sur parole !

 

Bref, ne parlons pas du passé, parlons du présent, du concret !

 

Puisque les produits pharmaceutiques (hors de prix en plus) ne font pas l’effet promis, j’ai décidé, sur les conseils de mon amie Mimi de prendre le taureau par les cornes et de passer à une attaque plus percutante et, je l’espère, radicale.

 

Je me suis présentée à l’officine ce soir et ai demandé un pulvérisateur anti-puces pour chiens.

-          Un grand chien ou un petit chien Madame ?

-          Oh, un très grand chien Monsieur (ben oui, le récalcitrant fait quand même 1,87m) !

-          OK ! Alors nous allons prendre un grand modèle.

-          Bonne idée, merci Monsieur !

-          Alors, que je vous explique : il faut bien humidifier le pelage de l’animal …

-          Oui (je sens le fou rire monter …)

-          Et il faut compter 4 pulvérisations par Kg

-          D’accord (juste que je n’ai pas de balance et que j’ignore totalement le poids des bêtes)

-          22 euros svp (oups … !!!!)

 

Je sors de là et je vous promets que je m’écroule de rire dans ma voiture.

 

Bon, maintenant, il me reste à traiter les mômes mais j’ai une autre idée : si demain matin ils aboient, je les nourrirai dorénavant de croquettes Frolic et s’ils sont sages, ils recevront un os après leur bain.

 

Je vous laisse sur ces belles paroles et m’en vais gaiement m’occuper de mon chenil …

 

19:19 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2006

LE PAPE ET SON SACRISTAIN

 

 

 

Je vous ai déjà fait le couplet nostalgique sur la rentrée des classes.

Je ne vous ai pas encore raconté mes dernières péripéties avec le récalcitrant et le dubitatif.

 

A la fin de l’année scolaire de l’an dernier, j’avais fait le constat suivant :

 

« Le récalcitrant est un ado très persévérant !

Il n’avait pas tout bien percuté lors de sa 3ème humanité.

Donc, il l’avait redoublée une première fois.

 

Je lui avais dit en septembre de l’année précédente que j’attendais de lui une superbe année puisqu’il s’agissait d’une réédition.

Mais il m’avait alors répondu, avec beaucoup d’à-propos, que comme il n’avait rien suivi la première fois, tout était nouveau pour lui.

C’est vrai qu’à cela, je n’avais pas vraiment pensé.

 

Je vous passe les détails du déroulement de cette année scolaire écoulée avec lui … il était mûr pour un approfondissement dans les règles de cette même année – il devait donc tripler !

 

Il faut dire que cet enfant était entré en hibernation dès la rentrée pour en sortir peu après le printemps.

Cela ne facilitait bien entendu pas une certaine assimilation ni une assimilation certaine du reste.

Il était busé partout SAUF en religion.

Là j’avais du mal à comprendre parce qu’il me prétendait avoir répondu qu’il était communiste à toutes les questions d’examen.

Ou alors son prof était communiste aussi et ravi d’avoir un nouveau petit camarade, ou son prof était mort saoul en corrigeant la prose de l’ado récalcitrant.

 

Je ne voyais donc plus qu’une seule solution : en faire un pape !

 

Beaucoup d’appelés et un seul élu, c’est vrai mais situation stable aussi.

Camionnette blindée, robes de cocktail, bijoux, pinard (de messe OK mais quand même) – le tout à disposition.

Résidence principale sur l’une des plus belles places du monde avec balcon pour saluer ses petits copains le dimanche matin et une garde personnelle de p’tits suisses en plus.

 

Le dubitaif, par contre, terminait super brillamment sa première humanité avec des notes magnifiques … sauf une : il était busé en religion !

Il pouvait toujours devenir le sacristain de l’autre lors des messes du week-end, au cas où. »

 

Ca, c’était donc la situation fin de l’année scolaire 2004-2005.

 

A la fin de cette année-ci, les choses se sont encore un peu plus corsées parce que pourquoi faire simple quand on peut franchement faire compliqué, hein ?

Je vous le demande !

 

Le récalcitrant a finalement compris vers le mois de mai qu’il avait vraiment intérêt à s’y mettre pour passer enfin en 4ème et a donc tenté de mettre les bouchées triples pour revoir, non, ENFIN étudier la matière de l’année écoulée mais, les professeurs étant des êtres humains avant tout et donc capables de rancune, l’ont quand même busé – pour un seul point dans une seule matière avec à la clé un renvoi définitif.

 

Cet enfant quadruple donc sa 3ème….

Oui, oui, c’est possible.

Et comme vient de me dire à l'instant mon vieux pote Bruno : "ce n'est pas grave parce qu'au moins il aura le plus gros zizi de sa classe !"

J'adore Bruno !

  

Mais on se demande aussi pourquoi je m’énerve parfois …

 

Mais non, je ne m’énerve plus, je subis mais, je vous le promets, avec le sourire.

Crispé certes, mais à quoi bon ???

 

Bonne rentrée à tous vos enfants et courage aux parents de notre belle génération.

 

A tout problème, il y a finalement toujours une solution, quelle qu’elle soit, ou du moins un point positif même s'il est discutable.

 

;-)

 

 

15:08 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/08/2006

PUTAIN DE SECRETS DE FAMILLE

 
 

 

 Voulez-vous que je vous conte une jolie histoire ..., enfin, jolie, tout dépend de quel côté on se place !

 

Allez, on s’accroche parce qu’il va vous falloir suivre, je vous préviens.

 

Une de mes amies apprend un soir de Noël, à 40 ans, que son papa n’est pas son papa …

Bonjour l’ambiance autour de la dinde d’autant plus que celui qu’elle pensait être son papa est mort depuis vingt ans et le tout nouveau qu’elle reçoit au pied du sapin … est mort aussi.

Il ne lui reste plus qu’à aller passer une petite robe noire et on tient le bon bout.

 

Mais on ne va pas s’arrêter là, ce ne serait pas drôle.

 

Anne, appelons-la Anne.

Anne donc, a un frère et une sœur.

 

La maman de toute cette belle petite famille leur jure par tous les dieux que les 3 enfants sont du même père – l’autre.

Vous me suivez toujours ?

 

Nous on veut bien la croire mais il y a juste un petit souci : si Anne et son frère se ressemblent effectivement beaucoup, il n’en est pas de même par rapport à leur sœur qui ressemble à tout sauf à eux.

 

Et le doute de s’installer dans tous les esprits.

Et la reine mère de garder un air très digne même si sur ce dossier elle a perdu quelques plumes et beaucoup de crédibilité.

Parce que 40 ans de mensonges, faut gérer quand même.

 

A force d’investigations, de harcèlements, d’interrogatoires menés avec brio, Anne et sa sœur finissent par apprendre … qu’elles sont en fait demi-sœurs.

 

Et oui, il y avait un troisième larron dans l’histoire.

Elle avait de la santé la reine mère !!!

 

Sortez vos mouchoirs, parce qu’il est mort aussi celui-là … un carnage !

 

Du coup, tout ce petit monde découvre qu’il a un paquet de demi-frères et de demi-sœurs un peu partout et dont il ignorait totalement l’existence.

 

Dites les enfants, pour la prochaine réunion de Noël, vous ne loueriez pas le Heysel parce qu’il risque d’y avoir du monde à l’apéro, c’est moi qui vous le dis !

Et pour la Toussaint, il va vous falloir trouver des chrysanthèmes en promo parce que fleurir trois tombes au lieu d’une, ça vous a fait cher la fête des morts aussi, non ?

 

Trois hommes, trois destins, trois cocus et trois enfants …

 

Putain de secrets de familles !

 

14:20 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2006

LA DINETTE DE TITI

 

 

Je suis persuadée que, tout comme moi, vous n’avez pu échapper un jour ou l’autre aux pubs pour les collections Atlas, pour ne citer qu’elles.

 

Magnifiques !

 

Vous auriez pu vous constituer la collection des fèves de la galette des Rois : les familles chats, chiens, papillons, coqs et j’en passe.

 

Il y a aussi eu la collection d’éventails « peints à la main » (et si vous ne croyez pas celle-là, je vous en raconterai une autre …), la collection soldats de plomb, ou encore Passion Citroën …

 

Il y en a donc pour tous les goûts et pour toutes les couleurs.

 

J’ai eu la chance d’avoir des enfants qui n’ont jamais mordu à cet hameçon, si ce n’est quand même mon dubitatif qui, à son époque égyptologue, m’a obligée à lui acheter tous les mois la pyramide, le sphinx, l’œil d’Horus …

Il faut quand même savoir que le premier cadeau vous revient à 1,50 euros mais qu’au fur et à mesure de la collection, les prix augmentent de manière exorbitante.

Et comme j’avais promis à cet enfant de lui faire ce cadeau, je me suis littéralement ruinée à ce petit jeu.

Mais une promesse reste une promesse.

Il a eu toute la collection (qui entre nous prend aujourd’hui lamentablement la poussière) et si je l’avais laissé faire, il se procurait une vraie momie qu’il plaçait dans sa chambre.

Soit, nous avons au moins échappé à cela, hein mon chéri ?

 

D’autre part, mon adorable ami Amadeus nous a un jour fait une magnifique chronique sur la collection « squelette humain » et nous expliquait, avec beaucoup d’humour, que vous n’aviez pas intérêt à louper un numéro sans quoi, vous auriez pu rater une vertèbre et vous retrouvez avec un Oscar atteint de scoliose, ce qui aurait fait tâche dans le salon, vous en conviendrez !

 

Petit retour rapide dans le temps : avez-vous connu Pif Gadgets ?

Si oui, vous souvenez-vous des pois sauteurs ?

Ceux qui achetaient ce magazine pour enfants toutes les semaines ne peuvent pas ne pas s’en souvenir.

Un grand moment.

Et comme disait toujours mon pote Amadeus, tous les magazines sautaient sur l’étal du libraire.

Bon, là, il exagère un peu mais il a gardé une belle âme d’enfant aussi.

Donc, nous allons lui pardonner cette image, pourtant ô combien parlante.

 

Et, pour en terminer avec cet égarement du jour, je tiens quand même à vous signaler que les Editions Atlas (toujours elles) nous sortent à présent « La dînette de Titi ».

Je vous promets que c’est vrai.

 

Allez surfer sur www.editionsatlas.fr, et visualisez la pub TV de ce tout nouveau et révolutionnaire produit de consommation … un tout grand moment de bonheur, je vous le promets.

 

Collectionneurs et parents de tous petits, à vos portefeuilles !

12:41 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/08/2006

PETIT HYMNE POUR LAURETTE

 

 

 

Mes amis, j’ai une excellente nouvelle à vous annoncer : il va, à très court terme, y avoir une demande massive d’asile pénitentiaire en Belgique.

 

Parce que l’organisation des « journées portes ouvertes » a l’air de se généraliser à l’échelle nationale, ce qui permet aux prisonniers actuels de faire de la place pour de nouveaux arrivants qui, eux aussi, pourront se faire la belle rapidement et organiser de cette manière une joyeuse tournante dans l’occupation des cellules.

 

Dans le cas de criminels connus, nous avons quand même eu notre Dutroux qui avait une subite envie de faire une promenade en forêt.

Le garde-champêtre qui l’a croisé ne nous a jamais précisé si Marco avait un petit panier avec du beurre et de la confiture, quoi que ce ne soit pas vraiment les grands-mères qui l’intéressent, ou s’il cherchait des champignons pour améliorer ses omelettes.

Bref, sa balade a été écourtée et il a réintégré son palace avec TV, Internet etc… presque mieux que certaines chambres d’hôtel.

 

Dernièrement, Murat Kaplan qui s’est offert quelques semaines de congés en refusant de rentrer sagement à « la maison » comme les matons le lui avaient pourtant si gentiment demandé.

Comme quoi, il ne faut pas nécessairement être ado pour désobéir.

 

Le WE dernier, nous avons quand fait fort avec l’évasion de pas moins de 28 taulards en une fois.

On critique la vétusté de la prison de Termonde, j’en conviens mais était-il vraiment judicieux de placer une cabine téléphonique contre le mur d’enceinte ?

Bon, vous me direz que de toute manière, ils auraient sauté, mais c’était vraiment gentil de la part de Belgacom de leur permettre de moins se faire mal.

Là-dessus, pour couronner le tout, les surveillants entrent en grève

 

Hier, deux prisonniers de la prison de Verviers qui jouent les filles de l’air … et Laurette court comme un poulet sans tête dans tous les sens.

 

Je pense que les gardiens vont très vite adopter un hymne commun :

 

« C'était bien, chez Laurette
Quand on faisait la grève
Elle venait vers nous, Laurette

C'était bien, c'était chouette
Quand on était fauché
Elle payait pour nous, Laurette

 

Si par hasard on avait l'âme en peine
Laurette seule savait nous consoler
Elle nous parlait et l'on riait quand même
En un clin d'œil elle pouvait tout changer »

 

 

Pour les prisonniers, je cherche encore une petite chanson.

Si vous avez des idées, faites le moi savoir, je transmettrai.

 

 

13:54 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/08/2006

LE VOL D'ICARE

 

 

Ma Catho,

 

Le papa de tes enfants s’est envolé.

Pardonne moi si je me permets de retranscrire tes propres mots dans ce blog mais je les trouve magnifiques.

 

« Chaque nuit, Kris rêvait qu'il volait.

Comme un oiseau, haut.

Cette nuit, j'ai compris.

Pourquoi il avait choisi de partir comme ça.

Quelle évidence, enfin il pouvait s'envoler.

Il a choisi un endroit au plus près du ciel, dans un paysage magnifique.

Et je suis sûre qu'il a senti le vent dans ses ailes.

Il a choisi la nuit, pour être certain que le soleil ne viendrait pas  fondre la cire de ses plumes.

Il a été plus malin qu'Icare, il a réussi. »

 

 

!!!

 

 

 

Nul ne peut juger.

Nul ne peut culpabiliser.

Il a fait son choix.

En libre arbitre.

Il laisse derrière lui Jeff et Nino, ses jumeaux, ses enfants, ses amours.

Il laisse aussi derrière lui la maman de ses mômes, toi ma Catho et sa famille et ses amis.

 

J’ai connu, en son temps, un collègue de bureau : Hassan.

Lui aussi a voulu s’envoler.

Et il est tombé comme une pierre sur un parking.

Lamentablement.

Bêtement.

En laissant aussi derrière lui femme et enfants.

 

Moi aussi, j’ai voulu mourir.

Moi aussi, j’ai fait des conneries.

Moi aussi, j’ai voulu déposer les armes.

Mais je n’ai pas eu cette force.

Instinct de survie malgré tout !

 

Aujourd’hui, Kris, je me bats pour mon récalcitrant et pour mon dubitatif.

 

Je le répète, tu as fait ton choix.

Et je sais que Catho se battra pour Jeff et Nino, parce qu’ils sont VOS enfants à tous les deux.

 

Bon vent Icare.

Que ta vie te soit douce à présent.

 

Et STP, salue de ma part tous les êtres que j'ai aimés et qui volent dans les mêmes cieux que toi.

 

 

21:45 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/08/2006

POUR AUTANT QU'UN VEAU PUISSE PLEURER...

 

Bientôt le 1er septembre!

Nous allons retrouver les bouchons sur les routes et retour à la case « poème de grand matin ».

 

Ce sera la rentrée scolaire et quelques souvenirs me remontent, déjà, à l’esprit.

 

La première rentrée en maternelle de mon aîné.

Il était beau comme un petit Dieu avec son petit cartable et ses petites baskets.

Il n’en menait pas trop large et moi je pleurais comme un veau, pour autant qu’un veau puisse pleurer.

Et si vous vous postez à la grille de n’importe quelle école maternelle du royaume ce jour-là, vous remarquerez ce phénomène très courant.

 

Une fois en primaire, cet enfant a émis le souhait de participer avec ses petits camarades de classe à la chorale de Noël.

J’étais quelque peu surprise de cette demande dans la mesure où nous n’avions pas l’habitude de l’emmener à la messe, mais il ne faut jamais freiner une possible vocation non plus.

Soit mon cœur, entonne-nous « Mon beau sapin ».

Sapin? Pas précisément.

Il est revenu quelques jours avant la grande célébration avec une chanson que même certains students de l’ULB en auraient rougi.

Nous étions loin du « Ce matin, un lapin… ». C’était plutôt « Ce matin, une … » biiiip !

Quoi que, sapin et lapin riment, mais…

 

En bonne gardienne d’une certaine morale, j’ai envoyé une petite lettre au directeur de l’école.

Lettre dans laquelle j’ai repris mot pour mot les paroles de la fraîche mélodie chantée à tue-tête par mon fils de 7 ans, lui demandant si cette tranche de vie serait reprise lors de la messe de minuit.

Je n’ai pas eu de réponse mais je sais de sources sûres que ma lettre a fait le tour des professeurs, hilares.

 

Les années passent et mon gamin me revient un soir avec une punition.

Et pourquoi as-tu reçu une punition chéri?

Tu as frappé un de tes camarades de cours de récré!

Pas une bonne idée cela!

Et pourquoi l’as-tu frappé?

Parce qu’il t’a traité de « fils de pute »?

Pas une bonne idée de la part du gamin non plus!

Pas grave! Fais ta punition, puisque tu l’as reçue, mais je ne vais pas juste te déposer devant la grille demain matin non plus, tu verras.

 

8h30 le lendemain et Marivic demande à parler à la grande gueule.

Ouais, plus si grande gueule que cela subitement.

Surtout quand, entourée de tous ses copains de classe, je me suis présentée à lui : « Bonjour! Je suis la pute de mère de P. On fait comment maintenant? »

Livide, cramoisi, petit paquet plus trop fier de lui voire liquéfié.

Ils riaient tous beaucoup.

Lui, pas du tout.

Je ne sais pas s’il a rayé ce mot de son vocabulaire d’enfant mais il m’a dès lors saluée avec beaucoup de gentillesse.

A quoi cela tient finalement la politesse, hein? Dites-moi?

 

Fini ces années de primaires à présent.

 

Le dubitatif va retrouver son banc et quand je lui demanderai quand rentre le récalcitrant, il me répondra, comme chaque année : « il ne sait pas. Il attend que l’école lui téléphone pour lui demander pourquoi il n’est pas venu ».

 

Je sens que nous allons encore beaucoup nous amuser cette année!

Yes!

22:26 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/08/2006

BAMBI, LE RETOUR

 

Pour tous ceux de ma génération, il y a des films qui ont marqué notre enfance, dont le très célèbre « Bambi » de Walt Disney.

Ce dernier a beau avoir sorti son dessin animé en 1942 (eh oui les p’tits gars, le temps passe vite … !), il reste un must pour les touts petits qui ne sont pas encore trop intoxiqués par la TV ou le cinéma.

 

Avec le temps, les techniques ont évolué et les dessins animés d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec ceux d’entant.

3D, effets spéciaux et autres possibilités que donne l’informatique en font des petits chefs-d’œuvre cinématographiques.

Et nos enfants finissent par trouver les vieux Walt Disney ringards de par leurs côtés graphiques simple et basique.

 

D’autre part, l’industrie cinématographique a inventé un concept, pas toujours porteur mais bon … les retours !

 

Je m’explique : nous avons eu cinq Rocky et le 6ème est en préparation.

Et je ne vous dis pas : s’ils continuent sur leur lancée nous aurons un jour droit à un Rocky 15 avec Sylvester qui continuera, dans sa petite charrette en roue libre lancée à toute allure dans une rue en pente, à beugler « Adrienne » !

 

Mais je m’éloigne du sujet qui nous occupe aujourd’hui.

 

Les studios de Walt Disney veulent rester dans l’air du temps, augmenter leur stratégie marketing ciblée mômes avides de gadgets hors de prix et en tous genres et nous ont concocté donc depuis le 1er février 2006 un « Bambi 2 » …

Oui oui, vous avez bien lu.

 

L’histoire est la suivante : « le jeune Bambi, orphelin de mère, est élevé sans tendresse par son père. Ce dernier, déçu par son fils, lui fait rechercher une biche qui accepterait de s'en occuper. Mais alors que leur relation s'améliore, Bambi se persuade que son père ne veut plus de lui et s'en va, désespéré. Les épreuves sont loin d'être terminées pour le jeune faon... »

 

Si nous analysons ce petit résumé, nous constatons que :

 

-          « Bambi est élevé sans tendresse par son père … ! »

Se rapprocherait-on des Ténardier ?

Il faut quand même dire qu’il est gonflé de traiter son fils de la sorte, surtout après le  traumatisme causé par la mort de sa maman, cette biche sans reproches.

Et les mômes vont encore pleurer !

 

-          « Son père cherche une biche qui accepterait de s’en occuper … ! »

Tiens, il est sur Rendez-Vous ou Meetic le mâle supérieur ?

Sympa en tout cas de chercher une biche à laquelle il va faire du gringue, le coup du grand brame à la fin septembre et ensuite lui refiler le gamin.

Les femmes vont encore s’énerver !

 

-          «Bambi se persuade que son père ne veut plus de lui et s'en va, désespéré. »

Ca y est, Bambi entre en crise d’adolescence.

Et tout le monde va déguster.

Je n’ai pas un Bambi à la maison mais un Récalcitrant et je sais de quoi je parle.

Les psys vont pouvoir entrer en action !

 

Ceci étant, je voudrais quand même rappeler à ceux qui m’ont suivie jusqu’ici que Bambi devrait avoir aujourd’hui 64 ans, qu’il devrait donc quand même avoir du virer sa cuti, soigner son acné, s’être marié avec une Bambinette et avoir même une harde de Bambinoux et de petits Bambinoux.

 

Maintenant, je l'ai déjà écrit : les héros ne meurent jamais.

Et s'ils ne meurent jamais, c'est parce qu'ils ne vieillissent pas.

Quoi que, pour Rocky, j'ai un doute ... mais est-ce vraiment un héros ?

 

 

 

 

12:12 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

04/08/2006

DEGUISEMENT DE LOUBARDE

 

 

Un dimanche après-midi, l’hiver dernier.

Il fait polaire mais beau et mes mômes ont envie de prendre l’air.

Et comme ils sont accompagnés par un copain de l’aîné, je les laisse partir histoire, aussi, d’éviter de réitérer une intempestive occupation à la Woodstock de mon salon.

 

Un peu de calme me fera du bien, et tant qu’à faire, une petite sieste aussi.

Quoi ?

Je vieillis comme vous les enfants et je ne vois pas pourquoi je me priverais de ce plaisir.

 

Bref.

Retour des ados une grosse heure après … et ils n’en mènent pas large.

 

Que s’est-il passé ?

Ils se sont faits racketter par une bande de petites frappes qui étaient en surnombre par rapport à eux.

10 euros de volés plus un coup de boule à mon récalcitrant.

Ils n’ont pas touché au dubitatif … merci les gars !

 

Bon, OK les mômes, on prend ma voiture et on va les retrouver mais avant cela,  je revêts mon déguisement de loubarde : pantalon + veste en cuir et mes santiags!

 

Vous ne saviez pas ? Si, si, cela fait partie de mon look parfois – j’adore – même si cela ne correspond pas à l’idée que vous pourriez vous faire de moi.

Et n’allez pas fantasmer sur ce coup-là ou vous faire tout un cinéma.

Quoi que, pensez ce que vous voulez, cela m’est complètement égal.

 

Mais, contre toute attente, les enfants refusent catégoriquement.

 

Alors, j’appelle la police et je porte plainte ?

« Non maman. On a peur et s’ils savent où nous habitons, tu vas avoir des problèmes. »

Ca, très honnêtement, cela m’étonnerait beaucoup.

 

J’essaie tout : je discute, je développe, j’argumente, je leur explique que c’est intolérable et qu’il ne faut pas laisser faire cela, que ce n’est pas dans ma commune de pétasse que cela va commencer … rien à faire !

 

Ce n’est qu’une heure après que j’ai compris pourquoi cette réaction : « écoute Maman, on sait ce dont tu es capable mais on ne va quand même pas se repointer là-bas avec notre mère pour nous défendre. Tu imagines la honte ? »

 

PAF dans mes gencives !

Tiens, à ça je n’avais pas pensé ….

 

Bon, aujourd’hui les choses n’ont pas vraiment changé alors j’ai pris une grande décision : me présenter aux élections communales prochaines et, entre autres, déclarer la guerre aux petits voyous de la commune.

 

Et pas nécessairement avec un déguisement de loubarde ...

14:50 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

01/08/2006

LE TOUBIB A DES COLIQUES

 

J’ai eu la chance de visiter le nord de l’Inde il y a de cela, quelques années.

Voyage qui, au départ, était organisé pour un groupe de minimum 15 personnes.

 

Nous étions seulement 3 inscrits : mon ex-mari, un médecin et moi-même.

Néanmoins, moyennant un supplément ridicule, le tour-operator était d’accord pour nous envoyer tous les 3 au pays de la désorganisation totale.

Supplément que nous payons bien entendu !

 

Nettement plus enrichissant de faire ce trip à 3 que dans un bus avec 25 personnes.

Ca, c’est le début de l’histoire.

 

RDV à Zaventem le jour du départ et je ne suis manifestement pas inscrite dans l’ordinateur central.

- Chère Madame, vous ne partez pas ! 

- Pardon ? Ca, c’est mal me connaître

… et je vois, abasourdie, le toubib me faire une colique.

J’explique les choses de la vie (au préposé, pas au toubib enfin !) et nous montons tous les trois dans l’avion.

 

Paris.

- Pardon Mademoiselle, le comptoir Air India SVP ?

- Par là. Mais dépêchez-vous parce qu’il y a des problèmes

… et je vois le toubib me commencer une colique.

 

Comptoir voulu :

- Désolé Madame, vous êtes en surbooking

… et le toubib de nous faire une réelle colique.

- Il ne reste que de la place en 1ère !

- Pas de problème ! Pour le même prix, puisque vous pratiquez le surbooking, nous ferons Paris – New Delhi en 1ère.

 

Je vous promets que nous l’avons fait !

Quand on s’exprime clairement, on se fait comprendre très facilement !

Et le toubib s’est calmé.

 

Arrivée à Delhi.

Le tapis roulant avec les bagages … mais pas les nôtres.

Le toubib vire au vert !

L’avion continuait son vol sur Bombay.

Mais, après explications avec qui de droit, ils ont revidé toutes les calles et nous avons récupéré les valises.

Ouf, il était temps, le toubib se tordait de mal.

 

Je vais arrêter là.

 

Ce noble représentant du serment d’Hippocrate a passé deux semaines à nous faire des coliques et surtout, à râler du soir au matin et du matin au soir – sans arrêts !

Evidement, quand on est toubib à la « Biiiiiip », on se la coule relativement douce et on n’aime pas trop les contretemps.

Et ceux qui ont visité l’Inde savent probablement qu’il y a intérêt à rester très philosophe … mais quel pays magnifique !

 

Et, ce que par-dessus tout je n’ai pas aimé, c’est le jour où, arrivant sur les lieux d’un accident d’autobus, l’autre crétin nous a demandé de ne surtout pas dire qu’il était médecin … ???

 

Etiez-vous réellement médecin Monsieur ?

Ou alors un petit frustré de la vie ?

Qu’importe ! Je garderai toute ma vie des images, des couleurs, des odeurs, des sensations magnifiques de ce paradis … quant à vous, Monsieur, je vous laisse définitivement à vos coliques d’enfant gâté !

 

 

16:16 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/07/2006

QUAND ON FAIT LES COMPTES DES AUTRES

 

Cher petit Prince,

 

Voilà que la presse se déchaîne contre vous.

 

Encore heureux que Voici et Ici Paris ne s’intéressent pas à votre royale personne, auquel cas, nous aurions droit à des articles du genre « Laurent a été vu ivre mort à la foire de Libramont, couché entre une vache et son veau » ou encore « Lolo de Belgique est-il vraiment le père de ses enfants ? »

 

Il faut dire que ces dernières années, nous avons eu droit à Mazarine, Delphine chez votre Papounet, Albert de Monaco qui nous sort un enfant caché par an (indépendamment du fait que beaucoup le cataloguent d’homosexuel, il n’est pas encore marié avec sa naïade qu’il a déjà commencé à se constituer sa petite famille personnelle)  … alors pourquoi pas vous ?

 

Mais non !

On examine votre comptabilité.

 

« Laurent de Belgique ne sait pas joindre les deux bouts. »

 

Avec une dotation annuelle de près de 300.000 euros, une splendide maison mise à disposition par le gouvernement, une propriété familiale dans le sud de la France mais aussi des bolides, des motos, des montres de luxe et à présent une jolie famille de 3 enfants qui ne permet plus à Clairette de travailler et qui aimerait tant avoir une nurse à demeure …

 

Si tout ceci est exact, je me permettrai de vous parler, cher petit Prince, des familles de 5 personnes ou plus qui vivent dans de petits appartements avec juste le SMIC pour survivre, des milliers de belges qui se déplacent en transports publics non climatisés pour aller gagner leur croûte, des SDF qui peuplent nos rues, de l’endettement grandissant parmi notre population …

Je continue ?

 

Vous réagissez aujourd’hui, à juste titre selon moi du reste, dans la presse en prétendant que c’est du n’importe quoi.

 

Que ce soit du n’importe quoi ou pas, je présume quand même que les journalistes qui ont balancé ce pavé dans la mare royale étaient bien documentés … ou alors, ce sont des irresponsables.

 

Maintenant, le peuple a toujours aimé les ragots… et PAF, c’est tombé sur vous mon petit Prince !

 

Ceci dit, vous avez, semble-t-il, toujours été le petit rebelle de la famille et, à ce titre, je vous avouerai que je vous aime bien parce qu’au moins, contrairement à votre frangin, vous êtes direct et convivial, voire anticonformiste.

 

Allez Laurent, juste une remarque quand même pour terminer : pourriez-vous avoir l’obligeance de demander à votre épouse de sourire un peu plus, parce qu’avec 300.000 euros par an, il n’y a quand même pas de raison de faire la gueule à tous les coups !

 

;-)

11:26 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

27/07/2006

DES SOURIS ET DES MOUCHES DANS MON CONGELATEUR ...

 

Alors, il y a ceux qui suivent, et ceux qui débarquent !

 

Pour ceux qui suivent, inutile de vous présenter mon cadet, dit  « le dubitatif », amoureux des serpents.

Pour les autres, si cela vous dit, vous trouverez dans ma prose le texte « J’ai triballé un python dans ma voiture ».

Voilà, ça c’est fait.

 

Tout le monde est au parfum ?

Ok, on peut y aller …

 

Ledit dubitatif a commencé par lire toute la saga de Werber sur les fourmis.

Et il est tombé fou amoureux de ces insectes (merci au passage à « Club » chez qui j’ai investi pas mal de pognon pour la série de Mr Werber)

 

De la lecture à la pratique, il n’y avait qu’un pas, et mon dubitatif l’a passé, voire dépassé !

 

Il m’a d’abord pompé l’air pour acheter du béton cellulaire qu’il a creusé à coups de tournevis pour créer un nid.

Il m’a ensuite poursuivie pour :

-          une seringue (pour le mélange talc/alcool afin d’empêcher les fourmis de s’évader… merci mon chéri !)

-          la silicone (pour boucher le nid… merci mon amour !)

-          des tuyaux (pour relier le nid à une aire de chasse… faut un permis ?)

-          et le sommet mais néanmoins nécessaire après tant d’effort : l’achat des fourmis sur Internet

 

Là, il faut que je vous explique aussi …

 

Il a trouvé un site sur lequel il peut commander une colonie qui, après paiement Visa (non Fortis, je n’ai pas à me justifier là-dessus) une colonie donc qui va lui être envoyée par la poste de la France.

 

Ha ! Vous ne saviez pas que l’on pouvait trimballer des colonies de fourmis par la poste hein ?

Bande de béotiens !

Et bien au moins, vous n’aurez pas perdu votre journée !

Voilà, ça c’est fait aussi !

 

Bon !

Ce n’est pas tout … parce que, comment allons-nous nourrir les fourmis ?

Mais avec des mouches pardi !

 

Et qu’est ce que je trouve l’autre jour dans mon réfrigérateur à côté des souris surgelées destinées aux serpents (si certains d’entre vous n’ont pas suivi ou cherché, ils ne comprendront pas, mais c’est leur problème) … qu’est ce que je trouve dans mon réfrigérateur disais-je … ? Une boîte remplie de mouches !

Et où mon adorable fils va-t-il chercher ses mouches ?

Simple !

Il attend que ces dernières entrent dans la véranda de la maison, ils ferment toutes les portes et fenêtres, il prend un balai, il court derrière lesdites mouches, il les tue et il les surgèle !

 

Ce qui signifie, pour ceux qui sont toujours là, que je trouve entre mes haricots, frites, pizzas et chicken nuggets surgelés, des souris et des mouches !

 

Ravie ! Je suis ravie !

 

Les fourmis devraient être livrées via mon gentil facteur aujourd’hui …

Je vous tiens au courant !

 

Faites des enfants !!!!!!

10:37 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/07/2006

SI VIS PACEM, PARA BELLUM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous vois venir…

Elle va nous faire une critique du défilé du 21 juillet.

Non !

Quoi que…

Bon, je ne l’ai pas suivi because j’avais d’autres occupations au programme mais j’en ai quand même vu un petit résumé.

 

Tout d’abord, contrairement à l’an dernier, toute la famille royale était présente :

·         Mathilde, particulièrement élégante, avec son benêt de mari.

·         L’an dernier Laurent était resté coincé à la maison par une Claire qui lui faisait la grande scène du 4 : « mais j’attends des jumeaux Lapin …tu ne vas quand même pas m’imposer ton défilé ! » Cette année, pas de prétexte à invoquer … en avant sur le podium et on sourit SVP !

·         Fabiola avec sa tête définitivement penchée

·         Paola rentrait élégamment ses petons vers l’intérieur.

·         Astrid exultait au passage de la Croix Rouge.

·         André très en verve soûlait Albert qui l’écoutait très poliment … il faut dire qu’il a été bien élevé ce sympa petit motard de roi.

·         Les pingouins défilaient en tricotant des jambettes…

 

Et pendant ce temps-là, Israël bombardait les civils du Liban ….

 

Je ne sais pas si vous avez remarqué que, dans un monde où tous prônent la paix entre les peuples, chaque fête nationale donne lieu à une démonstration des forces armées dudit pays. Et que l’on nous balance l’armée de terre, l’armée de l’air, l’armée de mer, les forces spéciales d’intervention et j’en passe.

 

Si vis pacem, para bellum !

 

Et puis, parallèlement à cela, il y a les petites fêtes villageoises, nettement plus sympas, plus conviviales.

 

Je me suis retrouvée vers minuit, debout sur une table bancale au centre d’une place arborée de notre joli Brabant Wallon, la tête en l’air à contempler le feu d’artifice local.

 

Debout sur une table … position surélevée qui m’a valu un coup de cœur quand, regardant la foule autour de moi, j’ai vu des centaines de visages souriants dans les yeux desquels brillait de l’émerveillement encore enfantin en admirant une pluie d’étoiles colorées dans notre ciel national.

 

Nettement plus doux que la vision d’un char, vous en conviendrez !

 

 

 

 

10:17 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/07/2006

BARBIE ET KEN ONT DIVORCE

 

 

Que ce soit en périodes de fêtes ou après des examens réussis, les enfants sont inondés de cadeaux et jouets en tous genres, pas toujours très éducatifs du reste.

 

Et quand ils ont « la chance » d’avoir des parents divorcés, je ne vous dis pas le carnage.

C’est presque pire que la course à l’armement … parce que le père, comme la mère dans certains cas, font en sorte de donner le cadeau le plus beau, le plus cher, le plus tape-à-l’œil, le plus inutile parfois aussi.

 

Et les enfants de finalement perdre tous repères mais de bénéficier néanmoins d’une situation qui, si elle ne les arrange pas, devient dans ce cas du tout grand bénéfice pour eux.

 

Ceci dit,  passer d’une maison à l’autre une semaine sur deux n’est pas toujours très stabilisant mais assure donc certaines compensations … bien que je ne suis pas persuadée que le mot soit bien approprié du reste !

 

Bref, j’ai de mes yeux vu, il y a de cela quelques années, ma nièce recevoir pour la St Nicolas une poupée Barbie … et 2 semaines plus tard pour la Noël une seconde poupée Barbie !

Même pas Ken – dommage ! Ils auraient pu se reproduire mais bon, là je m’égare.

 

Petit détail, juste en passant, saviez vous que Barbie et Ken avaient divorcé … eux aussi !

 

Tout cela pour vous dire qu’il est loin le temps où, enfants, nous nous contentions d’un morceau de bois pour en faire une catapulte ou un arc à flèches … oui, je sais, ce ne sont pas nécessairement des jeux pour petite fille mais je n’ai jamais vraiment accroché avec Barbie non plus !

 

Surtout à partir du jour où mon petit frère, ayant réussi à attraper une taupe dans le jardin de mes parents, l’avait enfermée dans la petite armoire à fringues de ladite poupée.

La taupe a complètement démoli l’armoire et les vêtements et j’ai laissé la pin-up, nue, dans un coin pour rejoindre les kets du village.

 

Vêtue d’une salopette et de bottes, nous courrions eux et moi, à travers bois et champs pour de grandes « chasses à l’homme » (mais non, on se calme, en tout bien tout honneur !) ou pour construire des camps, cabanes, zones de retranchements dans nos guerres de boutons … !

 

Encore aujourd’hui, je connais par cœur la forêt en question et j’adore aller m’y promener en période de champignons, avec mes enfants !

 

Mes plus beaux souvenirs d’enfance ?

Ce sont ceux-là !

Les cadeaux que je recevais ?

Je ne m’en souviens même plus !

Mais qu’est ce que je me suis amusée …

 

;-)

 

 

11:13 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |