29/08/2008

ACCROCHEE NUE A UN LUSTRE

 

pict_10644

 

 

 

 

 

 

 

Je suis ravie !

Et toute excitée aussi !

 

Je vous explique : au départ, je m’étais dit que me faire enterrer dans le petit cimetière au milieu des bois de mon village brabançon était une jolie idée.

J’ai parcouru ces bois de longs en larges étant petite fille.

J’y ai perdu ma virginité sous le regard impassible d’un gros St-Bernard.

Il n’avait aucun tonneau sous le cou pour me remettre de mes émotions, mais émotions relativement réservées aussi pour une première fois.

J’y ai cueilli des kilos de champignons et rempli des paniers de châtaignes à faire péter dans le feu de bois.

Bref, ces bois sont emplis de souvenirs pour moi mais d’un autre côté, terminer bouffée par des vers, ce n’est pas ce qu’il y a de plus sexy non plus.

 

Seconde option : l’incinération.

Avec tout ce que j’ai déjà fumé dans ma vie et ce que je risque encore de fumer si je ne prends pas rapidement la direction de l’officine pour me coller 24 patchs par jour…

Ceci dit, partir en fumée, pourquoi pas ?

Et on pourra toujours déposer les cendres dans mon cimetière favori.

 

Jusque là, tout roule.

Marivic est contente.

 

Mais voilà que s’offre à moi une toute nouvelle opportunité : la plastification !

 

« L'exposition «Körperwelten» («les mondes des corps») s'ouvre dans les caves de Cureghem. Deux cents pièces, des corps entiers, ou des morceaux de corps, tirés de cadavres plastifiés et exhibés. Une exposition «didactique» qui a déjà attiré 7,5 millions de spectateurs et suscité partout une intense polémique » (Lalibre.be)

 

Ca y est, c’est décidé : je vais offrir mon corps au Professeur von Hagens.

Il pourra le plastifier, et l’exhiber dans toutes ses expositions à travers le monde.

 

Bon, il est un fait que si je meurs demain, l’ensemble de l’œuvre étant encore bien conservé, il sera plus opportun de ne pas la découper à tort et à travers …  je vous en remercie cher Professeur.

Plus tard, à lui de voir ce qu’il en pense.

De toute manière, je n’aurai plus l’occasion de l’ouvrir non plus.

 

Mais imaginez un instant : la poulette qui fera le tour du monde et des cultures en exhibant un mollet, un dos, un poumon ( !!!), une fesse ?

Ou alors, les vis de ma cheville ?

Les prothèses de mes pouces ?

Pour les dents, sorry, j’ai encore aujourd’hui toutes les miennes ;-)

 

Juste un petit problème : il va falloir que je prévienne mes enfants parce que je ne voudrais pas les heurter s’ils visitent un jour l’expo « Corps en stock » avec leurs enfants et qu’ils me découvrent accrochée à un lustre, nue, pour faire visualiser aux visiteurs le travail d’étirement des muscles en position inconfortable.

 

Tu vois mon chéri, là … c’est granoche !

Oui, oui, ma maman à moi de quand j’étais petit et plus grand aussi.

Je me disais bien que l’urne du cimetière était bien légère …

 

18:00 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |