24/12/2006

ET SI VOUS NE CROYEZ PAS CELLE-LA, JE VOUS EN RACONTERAI UNE AUTRE

images

31 décembre de l’an -1 

Cette année, tout est un peu spécial.

 

Pas encore à l’image de notre passage à l’an 2000 avec toutes les caméras de France et de Navarre pointées sur l’horloge de la Tour Eiffel pour le décompte final, mais …

Ils avaient envisagé un moment un décompte sur la Tour de Babel qui, comme tout le monde le sait, était située à Bruxelles. Et c’est depuis du reste que l’on entend dans les caberdouches la fameuse expression « cesse donc de babeler » !

N’importe quoi ! Je sais, mais cela m’amuse.

  

Bon ! Revenons à nos moutons ou plutôt à notre petit Joseph qui se rend au bal aux lampions de son quartier.

Il est tout guilleret. La nuit est étoilée et les yeux de « ô Marie, si tu savais » aussi en prime.

Drague gentille, bisou sous le houx à minuit et il la ramène très chastement chez ses parents sans détours par aucune case départ. Non ! Il a de l’éducation le père Joseph – enfin, père, il ne l’est pas encore et, à cette heure-là, il n’a vraiment aucune idée de ce qui va lui tomber dessus non plus !

 

Les mœurs étant ce qu’elles sont, nos petits tourtereaux se voient de plus en plus mais pas de bagatelle avant le mariage, cela ne se fait pas.

 

Jusqu’à ce jour de printemps où Marie annonce, la bouche en cœur à son Joseph, qu’elle est enceinte.

Ah mais, c’est qu’il n’est pas content du tout le gaillard ! Il n’a même pas encore pu jouer avec la salle de jeu que la nursery est déjà garnie…

Oui, poursuit-elle, et c’est par l’opération du Saint Esprit !

Attends Joseph, parce que si tu ne crois pas celle-là, elle va t’en raconter une autre, fais lui confiance… c’est une femme, ne l’oublions pas!

 

Soit. Nous ferons l’impasse sur la grossesse dont personne n’a du reste jamais parlé puisque tout le monde s’en foutait aussi.

Naissance, la veille de Noël en plus (bonjour le réveillon !), dans une étable avec des moutons, un bœuf et un âne en guise de personnel hospitalier et voilà notre petit couple les heureux parents d’un gamin dont on parle encore aujourd’hui.

 

Il faut dire qu’il aura passé sa vie à se faire remarquer par ses petits camarades : et que je te multiplie mon quatre heures pour toute la cours de récré, et que je transforme l’Evian en Bourgueil, et que je fasse le malin à la côte en marchant sur l’eau, et que je ne trouve rien de mieux que d’inviter tous mes potes au resto « A la grande Cène » le jour de mes 33 ans pour me faire en plus truander par l’un de mes meilleurs amis …

 

Ceci étant, 2 millénaires après … on fête encore son anniversaire – ce n’est pas mal quand même, non ?

 

Bon, ce n’est pas avec un gâteau de chez Wittamer – 2006 bougies, cela nous ferait une pâtisserie digne du livre des Records mais avec une bûche de Noël sur laquelle on plantera une petite biche en plastique à la place d’un âne et d’un bœuf.

Ce n’est pas bien grave, c’est l’intention qui compte.

 

;-)

 

Allez je vous laisse!

Joyeux Noël à toutes et tous et portez-vous bien!

 

Marivic

 

 

11:27 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/12/2006

REDDE CAESARI QUAE SUNT CAESARIS

 
a

 

Scoop en ce début d’année 2006 : Johnny voulait opter pour la nationalité belge !

 

Petite bio :  Jean-Philippe Smet naît à Paris d’une mère, plus française que cela tu meurs, et d’un père … quelle honte … belge !

 

Bon, j’admets tout à fait que le papou de notre Jojo n’a pas eu vraiment l’air de se soucier de sa progéniture pendant de longues années.

 

Jusqu’au jour où le fiston a commencé à avoir du succès.

 

L’histoire raconte qu’il se serait dès lors manifesté auprès de son fils et que celui-ci l’aurait jeté dehors.

Je peux comprendre, même si cela ne me regarde pas – il ne faut pas exagérer non plus - mais soit, c’est leur histoire, pas la mienne.

 

Mais, rendez à César ce qui appartient à César.

Il faut bien avouer que notre Johnny a bien mené sa barque sans l’aide de son paternel.

 

Il s’est bien marré aussi.

4 mariages et 1 enterrement ?

Je n’irai pas jusque là mais nous épinglerons au passage Sylvie V., Babette, Nathalie B., Aline et Latatia (merci Monsieur Gerra).

Avec à la clé, David, Laura et à présent Jade.

 

Ca c’est le côté officiel des choses et, au risque de me répéter, c’est encore son problème et toujours pas le mien.

 

Mais on nous a fait tout un plat parce qu’il voulait devenir belge.

 

On nous bassinait à la radio et dans les journaux : « pourquoi Jean-Philippe Smet demande-t-il la nationalité belge ? »

Retour aux origines ?

Envie de chanter du Brel sur un rythme rock'n roll ?

Je vois déjà …

"Quand on n'a que l'amûûûr" et "Le plat pays qui est le mien,...Oh Yeah"

 

Et on a extrapolé, et on a supputé, et on a interrogé les gens dans la rue et même la fille de la concierge de l'ancien domicile du père.

 

D'abord, on s'en foutait plutôt !

Johnny pouvait devenir Inuit ou Pygmée d'adoption, ça ne m'empêchait pas de me resservir de frites le soir si l’envie m’en prenait.

 

Personne n'avait au départ penser mentionner le fait qu'un français ne puisse pas devenir résident monégasque, mais un belge bien !

Pas vrai Justine ?

 

Par contre, au cas où certains d’entre vous l’ignoreraient, pour les Français désireux de payer moins de taxes, il suffit de se domicilier en Belgique.

 

Exemples ?

Bernard Tapie (XL), Daniel Auteuil et, à l’époque, Emmanuelle Béard (Lasne), la fille Onassis (Lasne toujours je pense) et j’en passe.

 

Parce que le régime fiscal pour eux est nettement différent que pour nous, gentils et pigeons petits Belges … !

 

Mais, Johnny s’est vu débouté !

 

Oublie gamin, on a compris ton petit manège.

Et inutile de nous pousser une petite chansonnette dédiée tout spécialement à ton papou que tu as finalement tant aimé, malgré toutes les adversités de ta triste vie.

 

Et Jojo a finalement changé d’avis : il pense très sérieusement que l’air helvète sera meilleur pour Latatia et Jade.

 

Il a surtout compris qu’il fallait cesser de nous prendre pour des c….

 

 

14:26 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/12/2006

L'EFFET PAPILLON

a

 

 

C'est l'automne.

Je pousse les feuilles des pieds en marchant.

Nous avons un automne doux, c'est exact mais comment sera l'hiver ? 

Pourquoi?

Je pense à l'effet papillon inventé par Prigogine, notre Prix Nobel: un papillon bat des ailes à Bruxelles, ça fait un petit courant d'air qui en rencontre un autre et ça finit comme ouragan à Pékin… Tout ça pour un battement d'aile…

Au Journal Télévisé, ce jeune père de 28 ans, magasinier salarié mais divorcé. Du coup, il ne lui reste plus assez pour son loyer. A peine… pas assez, mais pas assez. L'effet papillon… Il est à la rue. Il travaille… mais il est à la rue la nuit.

Ça dérange nos neurones qui nous suggèrent que si quelqu'un est à la rue c'est quand même qu'il n'a pas eu tout le courage nécessaire… qu'il l'a « un peu cherché »?

Ça c'est un raisonnement devenu tout faux. Il travaille le gars. Mais la marée de la misère monte et s'approche de nous…

Ces gens, c'est vous, c'est moi. Un effet papillon et l'on passe du confort trois étoiles à la belle étoile de la rue… Tout cela sous notre regard très légèrement narquois, nous qui n'avons pas encore été soufflés comme des papillons ou semés loin derrière par la Société, comme des pissenlits.

Un battement d'aile du destin et vous êtes à la rue. Oh, peut-être que ça ne peut pas vous arriver à vous, précisément… mais n'en soyez pas si sur. Parfois, c'est simplement le cœur qui se retrouve au froid dans la rue… pendant que votre corps est bien au chaud… Ça vous est peut-être déjà arrivé…

Je vous propose une inversion: vous mettez votre corps au froid pour réchauffer des cœurs: le vôtre et les leurs. Leurs? Oui, ceux qu'on appelle les SDF (ce qui, contrairement à ce que croient certains, ne signifie pas 'Sans Difficultés Financières'…).

Que faire? J'ose à peine vous le demander tellement c'est peu… : vous prenez une boîte de chaussures, vous y mettez un mot gentil pour le Nouvel An - de vous à elle/lui - et vous la remplissez de choses qui se mangent froides, qui conservent et qui font plaisir. Pain d'épices, chocolat, petites conserves ouvrables à la main et mangeables froides (saucisses ou sardines par ex). Pensez aussi à faire une boîte pour leur chien, leur dernier ami / couverture… mais indiquez bien « C » sur l’emballage. Vous déposez vos boîtes dans l'un des points de dépôts de l'Asbl les Samaritains (www.les-samaritains.org).


Ce que vous apporterez ne les sortira pas de leur misère. Mais votre geste fera deux ailes d'effet papillon positif : l'un pour eux, l'autre pour vous. Et quelque chose prend son envol. Bougez ! Mais bougeons, que diable, sinon, c'est quoi tous nos mots et nos beaux sentiments ?

Merci au passage à Amadeus pour ce magnifique texte et à toi Martine pour nous aider à le relayer.

Et merci pour eux.

10:18 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/12/2006

NON, CE N'EST PAS LA GAY PRIDE

a

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

St Nicolas!

Pour ceux qui l’ignoreraient, vécut au IVème siècle et fut patron de la Russie avant d’enquiquiner les parents, et surtout leur portefeuille.

 

Ca, c’était la petite minute culturelle, histoire que vous ne passiez pas la journée sans avoir appris quelque chose.

 

St Nicolas…

 

Avez-vous déjà essayé de faire le compte du nombre de pingouins qui portent la robe rouge et la barbe blanche dans les grandes surfaces à partir de la mi-novembre ?

Et encore heureux qu’ils ne se trimballent pas tous avec un âne à leurs basques, ce serait joli.

 

Vous savez pourquoi il y en a tant ?

Pour infliger aux pauvres parents que nous sommes un véritable parcours du combattant histoire d’éviter que nos petites têtes blondes soient perturbées parce qu’il est difficilement explicable à ces enfants qu’il n’y en a qu’un quand ils en croisent 4 sur le même après-midi.

 

Non, ce n’est pas la Gay Pride mes chéris – c’est bon, on vous expliquera plus tard!

 

Et voilà ces adorables p’tits loups qui nous confient leur lettre de commande : une X-Box et bien entendu les jeux qui l’accompagnent, un garage avec 15 voitures (si elles sont téléguidées, c’est encore mieux), un circuit électrique (regard en biais vers le père pour voir s’il n’aurait pas fait de l’intox de ce côté-là), une boîte du parfait petit chimiste et une batterie.

 

Ben voyons! Nous ne nous appelons pas Rothschild. Cela se saurait.

Quoi? C’est quand même votre ami St Nicolas qui régale?

Oui, enfin si l’on veut. Va falloir que je lui écrive aussi à ce celui-là.

 

On transige et l’on se fend pour la X-Box, le garage et leurs accessoires.

Ce n’est déjà pas si mal me semble-t-il.

 

Les gamins, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ricanent!

 

Parce que le 6 décembre juste emballé, se pointe à l’horizon le Père Noël.

 

Il nous arrive tout droit de Laponie avec ses rennes (non, je ne fais pas dans le documentaire animalier).

Et il dépose au pied du sapin le circuit, la bombe à retardement (voir plus haut) et la batterie.

 

P’tits loups sont très heureux.

Nous, complètement ratiboisés.

Ils ont vraiment l’air contents nous confie belle-maman.

Vous, votre g…. !

 

Et si, par hasard, l’un des deux se mettait à perdre une quenotte dans la foulée?

Nous voilà mûrs pour nous recycler en petite souris dépensière parce que nous ne pourrions tout de même pas ne pas saluer dignement le fait que notre bébé grandisse.

Même s’il aura le sourire idiot pendant quelques jours.

 

Allez, OK, j’arrête de critiquer !

 

Maintenant, mon récalcitrant et mon dubitatif ont, fort heureusement, passé l’âge de croire encore en St Nicolas, mais cela ne les empêche pas non plus de me faire de grands appels du pied – parce qu’une tradition, reste une tradition.

 

Et d’autre part, ils n’en sont pas encore au stade de devoir porter des dentiers … me voici sauvée sur ce coup-là.

 

Voilà, c’était tout pour aujourd’hui … et bonnes courses de St Nicolas à tous les concernés.

10:28 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |