18/08/2006

LE VOL D'ICARE

 

 

Ma Catho,

 

Le papa de tes enfants s’est envolé.

Pardonne moi si je me permets de retranscrire tes propres mots dans ce blog mais je les trouve magnifiques.

 

« Chaque nuit, Kris rêvait qu'il volait.

Comme un oiseau, haut.

Cette nuit, j'ai compris.

Pourquoi il avait choisi de partir comme ça.

Quelle évidence, enfin il pouvait s'envoler.

Il a choisi un endroit au plus près du ciel, dans un paysage magnifique.

Et je suis sûre qu'il a senti le vent dans ses ailes.

Il a choisi la nuit, pour être certain que le soleil ne viendrait pas  fondre la cire de ses plumes.

Il a été plus malin qu'Icare, il a réussi. »

 

 

!!!

 

 

 

Nul ne peut juger.

Nul ne peut culpabiliser.

Il a fait son choix.

En libre arbitre.

Il laisse derrière lui Jeff et Nino, ses jumeaux, ses enfants, ses amours.

Il laisse aussi derrière lui la maman de ses mômes, toi ma Catho et sa famille et ses amis.

 

J’ai connu, en son temps, un collègue de bureau : Hassan.

Lui aussi a voulu s’envoler.

Et il est tombé comme une pierre sur un parking.

Lamentablement.

Bêtement.

En laissant aussi derrière lui femme et enfants.

 

Moi aussi, j’ai voulu mourir.

Moi aussi, j’ai fait des conneries.

Moi aussi, j’ai voulu déposer les armes.

Mais je n’ai pas eu cette force.

Instinct de survie malgré tout !

 

Aujourd’hui, Kris, je me bats pour mon récalcitrant et pour mon dubitatif.

 

Je le répète, tu as fait ton choix.

Et je sais que Catho se battra pour Jeff et Nino, parce qu’ils sont VOS enfants à tous les deux.

 

Bon vent Icare.

Que ta vie te soit douce à présent.

 

Et STP, salue de ma part tous les êtres que j'ai aimés et qui volent dans les mêmes cieux que toi.

 

 

21:45 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Merci Vicky Merci Vicky, pour avoir pris la peine de te pencher sur la nôtre.
Je reconnais là ton grand coeur.
Merci merci merci merci

Écrit par : Françoise | 19/08/2006

... pensées douces et miel.

Écrit par : Emmeline | 22/08/2006

Les commentaires sont fermés.