01/08/2006

LE TOUBIB A DES COLIQUES

 

J’ai eu la chance de visiter le nord de l’Inde il y a de cela, quelques années.

Voyage qui, au départ, était organisé pour un groupe de minimum 15 personnes.

 

Nous étions seulement 3 inscrits : mon ex-mari, un médecin et moi-même.

Néanmoins, moyennant un supplément ridicule, le tour-operator était d’accord pour nous envoyer tous les 3 au pays de la désorganisation totale.

Supplément que nous payons bien entendu !

 

Nettement plus enrichissant de faire ce trip à 3 que dans un bus avec 25 personnes.

Ca, c’est le début de l’histoire.

 

RDV à Zaventem le jour du départ et je ne suis manifestement pas inscrite dans l’ordinateur central.

- Chère Madame, vous ne partez pas ! 

- Pardon ? Ca, c’est mal me connaître

… et je vois, abasourdie, le toubib me faire une colique.

J’explique les choses de la vie (au préposé, pas au toubib enfin !) et nous montons tous les trois dans l’avion.

 

Paris.

- Pardon Mademoiselle, le comptoir Air India SVP ?

- Par là. Mais dépêchez-vous parce qu’il y a des problèmes

… et je vois le toubib me commencer une colique.

 

Comptoir voulu :

- Désolé Madame, vous êtes en surbooking

… et le toubib de nous faire une réelle colique.

- Il ne reste que de la place en 1ère !

- Pas de problème ! Pour le même prix, puisque vous pratiquez le surbooking, nous ferons Paris – New Delhi en 1ère.

 

Je vous promets que nous l’avons fait !

Quand on s’exprime clairement, on se fait comprendre très facilement !

Et le toubib s’est calmé.

 

Arrivée à Delhi.

Le tapis roulant avec les bagages … mais pas les nôtres.

Le toubib vire au vert !

L’avion continuait son vol sur Bombay.

Mais, après explications avec qui de droit, ils ont revidé toutes les calles et nous avons récupéré les valises.

Ouf, il était temps, le toubib se tordait de mal.

 

Je vais arrêter là.

 

Ce noble représentant du serment d’Hippocrate a passé deux semaines à nous faire des coliques et surtout, à râler du soir au matin et du matin au soir – sans arrêts !

Evidement, quand on est toubib à la « Biiiiiip », on se la coule relativement douce et on n’aime pas trop les contretemps.

Et ceux qui ont visité l’Inde savent probablement qu’il y a intérêt à rester très philosophe … mais quel pays magnifique !

 

Et, ce que par-dessus tout je n’ai pas aimé, c’est le jour où, arrivant sur les lieux d’un accident d’autobus, l’autre crétin nous a demandé de ne surtout pas dire qu’il était médecin … ???

 

Etiez-vous réellement médecin Monsieur ?

Ou alors un petit frustré de la vie ?

Qu’importe ! Je garderai toute ma vie des images, des couleurs, des odeurs, des sensations magnifiques de ce paradis … quant à vous, Monsieur, je vous laisse définitivement à vos coliques d’enfant gâté !

 

 

16:16 Écrit par Marivic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... Fameux trou du cul ce médecin... il devait être proctologue. pfff
A moins que ce ne soit un cochon... d'Inde.
Ne me l'dis pas, je sais...c'est nul!!! Mais j'tiens pas la forme aujourd'hui. J'ai fait un essai de poésie sur mon blog ( histoire d'essayer de ressembler à toutes ces nanas des blogs) Ben, c'est raté, c'est définitivement pas mon style. snifff...tant pirrrre. :o)))
Bizzzz

Écrit par : clopinette | 03/08/2006

Les commentaires sont fermés.