01/06/2006

DE L'ART DU PLIAGE DU PANTALON...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous les mardis, mon dubitatif suit son cours d’aïkido.

Il s’accroche, il adore.

 

L’an dernier, à la fin de la saison, il nous avait convié son père et moi au dernier cours avec petite représentation du travail effectué l’année durant.

 

Papounet et Mamounette étant déjà divorcés à l’époque, nous nous étions poliment salués à l’arrivée et installés loin de l’un de l’autre … inutile de jouer les prolongations hypocritement.

Et de toute manière, de là où j’étais, je voyais nettement mieux mon petit soleil de fils.

 

Maintenant, imaginez bien la scène : tous les parents assis sagement et en silence le long du mur sur de petits bancs.

 

Les mômes entrent en kimono, saluent le tatami, se saluent entre eux et saluent un grand cadre contenant le portrait de Morihei Ueshiba qui, pour les ignares qui passent par ici, est le fondateur de cet art martial japonais… tout cela, dans un silence toujours aussi religieux.

 

Un vrai cocktail mondain mais sans un seul bruit.

 

Le cours se déroule dans le calme et le respect total.

Personne ne moufte … quand tout à coup, un GSM se met à sonner.

Et je vous le donne en mille : c’est celui de mon ex-mari qui sans se démonter ni quitter la pièce se met à discuter le bout de gras avec son interlocuteur.

Je l’aurais tué (pas son interlocuteur, le géniteur … il faut suivre les enfants).

J’étais mortifiée de honte et en même temps ravie de ne pas être assise à côté de lui.

Et quand je lui ai fait une remarque par après à ce sujet, je me suis fait traitée d’andouille.

Andouille ? OK ! Et fière de l’être dans ce cas-ci.

 

Bref.

Ca c’était le petit passage sur l’usage abusif et impoli des GSM en société.

 

Mais revenons à l’aïkido.

 

Ce mardi, exceptionnellement, c’est moi qui vais rechercher le dubitatif à la fin de son cours.

Et je constate que la plupart des élèves, tous adultes dans la majorité, portent le hakama, pantalon traditionnel japonais utilisé plus actuellement par les pratiquants d’arts martiaux.

 

Tout cela est fort cérémonial, voire même beau MAIS, le pliage du hakama après usage se fait d’une façon très stricte avec une multitude de plis à respecter.

 

Et je vois tous ces messieurs agenouillés au sol repliant avec beaucoup d’application et de sérieux le fameux pantalon.

 

Un énorme sourire m’a prise : que penseraient leurs épouses en voyant cela ?

Parce que, entre vous et moi, je me demande vraiment s’ils mettent autant de perfectionnisme à replier leurs vêtements le soir lorsqu’ils se déshabillent.

Et si c’est le cas, chapeau bas Messieurs mais j’imagine plutôt le carnage genre, slip d’un côté, veston de l’autre, chemise en boule dans un coin et chaussettes disséminées.

 

Ne me dites pas le contraire … j’ai déjà donné.

 

Quant au dubitatif, il n’a pas relevé ma remarque mais se marrait en douce.

 

Je t’aime mon petit aïkidoka …

 

 

15:49 Écrit par Marivic | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Je laisse enfin... Un message chez toi, que je lis souvent sans intervenir...Découverte sur le blog d'Artatum, vraiment là, maintenant, je n'arrive plus à me taire et te laisse donc ce petit com pour te dire que j'adooooore ta manière de relater la vie !!! De l'humour, des mots justes et une énergie en exces qui donne, à moi qui te lis, envie de revenir, d'encore rire et découvrir la suite...
Amicalement
DOU

Écrit par : DOU | 01/06/2006

... Ce n'est pas une prémière pour moi mais je suis bien d'accord avec Dou, je reste un lecteur assidu de tes humeurs Marivic. Bonne journée

Écrit par : Artatum | 02/06/2006

Les commentaires sont fermés.