24/05/2006

TU AS RAISON PAUL, ON VA TOUS LES ENVOYER PETER !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’adore, avec les réserves d’usage – entendons-nous bien - les deux hommes de ma vie, mes dieux à moi : le récalcitrant et le dubitatif.

 

Petite parenthèse rapide sur le dubitatif.

Pourquoi un tel surnom ?

Parce que cet adorable enfant de 13 ans ne croit que ce qu’il voit ou démontre par lui-même.

Ce n’est pas Philippe que j’aurais dû l’appeler mais bien Thomas !

Si mon Philou me demande pourquoi je n’avance pas à un feu et que je lui réponds de façon primaire (et peut-être aussi parce que je suis blonde  ;-)… !) que c’est parce qu’il est rouge, il est capable de descendre de la voiture pour le vérifier … !

Mais qu’est ce que je l’aime à part cela !

Et avec cela du reste aussi!

 

Mais, revenons au récalcitrant que je ne dois, pour la plupart d’entre vous, plus présenter.

Pour les retardataires : 16 ans, 1m82, maigre comme un clou, les cheveux dans les dents, communiste, réfractaire, anarchiste, j’en passe, et donc … récalcitrant !

Chiant quoi !

 

Oui, mais …

 

Marivic qui vous livre de temps en temps ses états d’âmes, en essayant de vous faire rire et qui affiche une grande gueule et des épaules très, trop larges, … Marivic craque parfois aussi.

C’est humain, non ?

Et Marivic a craqué, pas plus tard que la semaine dernière.

Grosse crise de larmes, de déprime, de « j’en ai ras-le-bol de tout », foutez moi la paix, oubliez moi !

Et quand Marivic craque, elle s’enferme, se roule en boule, crie sa douleur ou sa rage mais SEULE !

Toute seule ! Inutile d’afficher ses faiblesses dans ce monde de requins.

 

Mais si son fils l’appelle, elle fait quoi la grande gueule ?

Et bien elle décroche, même si elle sanglote et qu’elle a des yeux de cabillaud – elle s’en fout, il ne la voit pas.

Et même s’il la voyait, ce serait le même prix !

 

Et il fait quoi le récalcitrant qui se trouve à ce moment-là à Namur ?

Et bien, il saute dans le 1er train, il se tape Bruxelles, il marche une demi heure et il revient chez sa « Môman » pour la prendre du haut de son mètre 82 dans ses bras en lui disant que l’on va se serrer les coudes, que l’on va envoyer péter tous ceux qui se mettront en travers de notre chemin et que l’on va bien se marrer tous ensemble : le dubitatif, lui et leur emmerdeuse de mère.

 

Magnifique moment de tendresse !

Merci Paul.

Tu as raison Paul !

On va tous les envoyer péter, et avec un grand sourire en plus !

 

 

 

13:35 Écrit par Marivic | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Ah que ça fait du bien de lire que d'autres aussi craquent de temps en temps!
Bises

Écrit par : Le P'tit Caillou | 24/05/2006

.... Joli !

Écrit par : artatum | 25/05/2006

magnifique texte Parfois les rôles s'inversent et ce sont les enfants qui jouent les protecteurs et nous consolent. Et ça fait du bien...
J'espère que c'était un "craquage" nécessaire et salutaire pour évacuer le stress accumulé et les sentiments refoulés et rien de plus grave et que tu vas mieux maintenant.
Si tu te sens seule, un petit clic, et, entre 2 clopes, je sais écouter et parfois même dire autre chose que des conneries... :o))
Bisous.

Écrit par : clopinette | 26/05/2006

Les commentaires sont fermés.