19/04/2006

LES HEROS NE MEURENT JAMAIS !

 

 

 

 

 

 

Nous avons tous eu dans notre tendre jeunesse un ou plusieurs héros.

Et, tout le monde le sait, un héros ne meurt jamais.

 

D’autre part, je précise bien héros et non héroïne.

Les femmes, curieusement, incarnent moins souvent ce concept dans l’esprit d’un enfant.

Peut-être parce que l’assimilation à la mère se fait souvent par le biais de travaux ménagers alors que l’association au père serait au travers de faits plus « glorieux »

 

Quand j’étais petite fille, il y avait Zorro, Dartagnan ou encore Robin des Bois.

Personnellement, j’aimais beaucoup Zorro.

Et j’aurais apprécié à l’époque que mon père se déguise de temps en temps comme lui mais au vu de sa constitution, il aurait été plus crédible en Sergent Garcia … :-)

 

Côté féminin, j’adorais  « Ma sorcière bien aimée ».

Pas franchement une grande héroïne mais encore à ce jour, lorsque j’entre dans la chambre de mes fils, j’essaie malgré tout de faire bouger mon nez pour mettre en un instant de l’ordre dans leur capharnaüm… sans succès !

Tout fout le camp, je vous le dis !

 

Aujourd’hui, les héros ont changé.

Les enfants vont plus souvent les chercher dans les dessins animés dont ils sont inondés.

Dragon Ball, Dark Vador et autres ont accompagné mes fils lorsqu’ils étaient petits.

 

A présent, ils s’arrêtent plus volontiers devant les Simpson ou South Park.

Eux, personnellement, je les qualifierais plutôt d’anti-héros … !!!

 

A l’adolescence, les personnages idéaux deviennent plus tangibles.

Ils se retrouvent rarement dans les rangs des politiciens mais dans beaucoup de cas auprès des chanteurs.

Il suffit de voir les mouvements de foule, voire les émeutes suscitées par l’apparition d’un certain Claude François ou des Beatles à l’époque.

Ils étaient des icônes vivantes pour toute une génération.

Madona a provoqué le même phénomène il y a quelques années, mais là, c’était plutôt pour pouvoir attraper sa petite culotte quand elle la lançait dans l’assemblée.

 

Des héros, nous en avons tous quelque part mais il y en a un seul et unique qui finalement a de l’importance pour la plupart d’entre nous : notre propre père.

 

Alors j’ai une seule petite question : comment trouver les mots pour expliquer à un enfant que son papa va mourir ?

Puisqu’un héros ne meurt jamais… !

 

09:24 Écrit par Marivic | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

... Et vlan! Ben ça, c'est une chute....

Écrit par : Blondie | 19/04/2006

et si... Et s'il y avait de la place pour plusieurs héros, mais pour une seule heroïne, la mère, je le vois comme ça.

Un plaisir de te retrouver, Marivic.

Écrit par : Jane | 23/04/2006

Les commentaires sont fermés.