06/04/2006

SERVICE PSYCHIATRIE – UNITE D’ALCOOLOGIE

 

 

 

 

 

 

Voilà des mois que je ne l’avais vu.

La dernière fois, c’était l’hiver dernier.

J’étais venue le chercher pour l’emmener au restaurant.

Histoire de parler beaucoup et d’essayer de le nourrir un peu.

J’avais du le porter sur mon dos de l’entrée de son immeuble à ma voiture tellement il était faible … et déjà un peu bourré aussi.

 

Voilà des mois que je ne l’avais vu.

Et je ne l’avais pas reconnu tout de suite non plus.

Visage rougeaud, bouffi, bouffé.

Maigre comme un clou.

Pas l’ombre d’une lueur dans les yeux.

Des yeux tristes et absents.

L’élocution malaisée de par les calmants qui lui étaient administrés.

La démarche hésitante et lente.

Ce n’était pas beau à voir.

 

Nous nous étions installés dans le fumoir, avec les autres.

Ils se ressemblaient tous.

Ils avaient tous le même faciès, la même allure, la même histoire, la même détresse.

 

Il me redécouvrait un peu.

Je lui avais parlé de mon quotidien, de mes soucis et de mes joies.

Il ignorait beaucoup de moi, simplement parce que son quotidien à lui n’était fait que de recherche d’ivresse, un travail à temps plein… !

 

Il avait fallu ces 4,8 gr et l’Eau de Cologne pour qu’enfin il demande lui-même de l’aide.

Moi, je n’en pouvais plus d’essayer de l’aider depuis longtemps parce que j’avais l’impression de me taper la tête contre un grand mur de béton. Et ça fait mal un mur de béton.

Dans la chair, mais dans les tripes aussi.

 

Voilà 2 semaines qu’il était là.

Peu à peu, ce visage chéri reprenait forme, se défroissait, se dépliait, revivait.

Ses yeux s’étaient rallumés.

Ils avaient diminué les calmants et la langue se déliait.

Il souriait même.

Et surtout, il faisait des projets.

 

Mais il avait peur, très peur de « dehors ».

Parce que quand on n’a plus de boulot, pas de quoi s’occuper les mains ni l’esprit, le chemin vers la dive se retrouve très vite.

 

Et il a fallu la 1ère sortie autorisée pour foncer prendre un verre.

Il est expulsé de l’hôpital !

 

J’ai beaucoup souffert devant ton autodestruction.

J’ai souffert de te ramasser, de te porter et de te supporter.

J’ai souffert de bramer à vide dans ta distillerie.

 

Cela aurait été merveilleux d’apposer le mot « FIN » sur ce passage de ta vie et d’entamer à 4 mains le livre de ta nouvelle existence d’homme libre.

Tu ne crois pas ?

 

Je t’aime Léo, mon petit frère, mais cette fois, je démissionne !

10:42 Écrit par Marivic | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

A la Une Bravo Marivic ! Vos coups de gueule/coups de coeur sont à la Une des Skynet Blogs aujourd’hui.
Toute l’équipe des Skynet Blogs vous félicite :-)

Écrit par : Skynet | 06/04/2006

Bravo pour ta présence dans les blogs à la une.

Écrit par : jicé | 06/04/2006

Supplice C'est le mot que m'inspire ce message que tu as posté. C'est tellement pénible de voir un être qu'on aime tant se faire autant de mal et se détruire à petits feux. Courage !

Écrit par : Isa | 06/04/2006

bjr bravo pour la une de la journé et super ton blog qui et de sujets divers et interessent.. bonne continuation.

Écrit par : juju | 06/04/2006

Bravo pour la une !!! Ce poste, me crève le coeur, et pour toi et pour lui, mais s'il te plais pour lui, faux pas baisser les bras, crois moi, sa souffrance doit etre immense

Écrit par : Angie | 06/04/2006

Surtout s'il-te-plaît surtout ne PAS démissionner.... parce que dans le fin fond de ton coeur, ce n'est pas ce que tu veux.
Courage pour toi, pour lui!

Écrit par : Personne | 07/04/2006

Beau blog. Beaucoup à lire. Je reviendrai Pour l'anniversaire du gamin, j'ai déjà prévu la surprise. J'ai acheté une dinde. Nous allons aller dans le bois, faire un grand feu et la cuire à l'ancienne. Le boucher me l'a garanti : "Monsieur, elle est vidée, vous n'avez plus qu'à mettre la farce. Je ris déjà, ha ha, mais j'ai oublié de demander au boucher ce que je peux mettre comme farce : des pétards, des confettis, un nain de jardin, un coussin pèteur ? Je ne voudrais pas abimer la viande, c'est pas donné ces bestioles. Comment faites-vous pour des farces à la dinde ?

Écrit par : biglodion | 07/04/2006

Et bien, bienvenue dans le club des élus. Bingo. Et particulièrement content de te lire depuis quelques temps déjà (orgueil perso).

Concernant ton frero, sortir de l'alcool c'est très très TRES difficile. T'as déjà arrêté de fumer? L'alcool c'est pire, c'est tellement plus banal.
Donc laisse pas tomber.

Bises
Phano

Écrit par : Phano | 07/04/2006

Les commentaires sont fermés.