28/03/2006

LA PRINCESSE ET LE RASTA

Lunch dans un resto chic et branché de l’Avenue Louise.

Des hommes et des femmes d’affaires discutent économie, politique.

Ma cliente ayant un peu de retard, il m’est donc loisible de balayer la salle du regard.

 

A la table en face de la mienne, une mère et sa fille.

La gamine, peut-être 14 ans, est remarquable …

 

Cheveux en pétard avec un serre-tête en authentique forme de couronne de princesse que même Mathilde n’en n’a jamais plantée une aussi kitch dans sa royale chevelure, une espèce de fleur en tissu orange au dessus de l’oreille, maquillée comme un pot de chambre, l’œil tellement triste qu’elle pourrait presque me filer le bourdon, une jupette rose à volants, des bas résilles noirs et d’authentiques Combat Shoes.

En guise de cartable, un sac de voyage du genre de ceux qui vous sont offerts par les compagnies charters lors de votre voyage pour Torremolinos… tout à fait le genre de la maison quoi !

 

Et qu’on ne vienne pas me dire qu’elle ne l’a pas fait exprès, ou alors elle a été vraiment très distraite ce matin cette enfant !

Quant à sa maman, elle restait très digne mais ne semblait pas plus fière que cela de sa princesse. Du reste, point de carrosse devant la porte du resto non plus.

 

Ceci dit, ceux qui comme moi ont des ados, doivent savoir de quoi je parle.

 

Pour en revenir au mien, il a eu une nouvelle idée lumineuse : il veut se faire des dreadlocks !

C’est quoi ? Une coiffure à la rasta qui consiste à crêper toute sa chevelure, mèche par mèche, pour lui infliger tellement de nœuds qu’il devient impossible par après de les coiffer, ni de les laver du reste non plus.

 

Ravie, je suis ravie !

Je saute de joie partout, tel un cabri au printemps revenu !

 

L’un de mes amis a essayé de me rassurer en m’expliquant qu’il était tout à fait possible de laver des dreadlocks et que le meilleur moyen d’y arriver était de le faire avec de la terre.

Je lui ai rétorqué que s’il envisageait, ne fut ce qu’une seconde, de dire cela à mon fils, je le grillais dans tout Bruxelles et que j’appelais son pire ennemi pour pactiser immédiatement avec lui.

 

Quant à mon fils, ce ne sera pas sur une fraîche taie qu’il posera son paquet de nœuds mais j’emballerai son oreiller dans un sac poubelle, je vous le promets.

 

Maintenant, l’avantage du système, c’est que quand il en aura marre de ses dreads, c’est au rasoir qu’il faudra passer et là, je ricane quand même en douce.

 

En attendant, il va me falloir patienter et afficher, tout comme la maman de notre petite princesse à la mode, un air très digne (hautain, je n’oserai pas) et je vais même tenter le sourire épanoui… mais ce sera plutôt au Quick que je l’emmènerai se sustenter !

 

12:40 Écrit par Marivic | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

je rigole bien en lisant ça, mais en meme temps je trouve ça triste.. je vai vous expliquer la raison pour laquelle je ris dejà..
il se trouve que le phenomene "dreadlocks" est en pleine monté, tout les jeune veulent porter des dread pour paraitre "cool", mais sont en fait la risé de beaucoup de rasta.. Le Rastafarisme est un mouvement serieux, denigré par certain.. Au risque de vous choquer (lol) les dreadlocks se lavent comme tout les autre type de cheveux, c'est a dire avec de l'eau et du shampoing, et non de la terre... mais enfin c'est dingue ça, de la terre !! bref, pour en revenir aux dread de votre bambin, elle seront particulierement sale, c'est vrai, car c'est une coiffure reservé aux cheveu crepu, et non au cheveux raides.. les blanc ont pour habitude de ne pas se laver les cheveux afin d'avoir des dread, et du coup sont repugnant, et font que les gens comme vous nous mettent dans le meme sac... ensuite mettre un sac poubelle sur l'oreiller de votre fils ne sera pas d'une grande utilité.. vous mettez un sac poubelle dans votre cullotte ?
Pour la petite histoire qui me rend un peu triste (mais bon, pas de la a pleurer) la fille que vous avez vu dans le bar, devait etre une jeune fille comme toute les autre, avec ses problemes, qui cherche a s'exprimé, et a etre comprise.. mais visiblement, les parents de cette generation n'ont pas vraiment envie de comprendre leur jeunes, c'est la raison pour laquelle ils s'enferment dans leur chambre ecoutant la musique a fond... bon, je n'ai pas envie de batailler plus sur le sujet, je vous laisses !!

Écrit par : MoOn | 29/04/2007

Les commentaires sont fermés.