16/03/2006

POURQUOI NE RESTES-TU PAS ZEN MAMAN ?

Fin de semaine dernière, j’embarque mes monstres pour un WE douloureux.

 

Départ compliqué parce que l’un oublie sa veste, l’autre son portefeuille, il faut éviter que le chien ne sorte de la maison, refermer bien vite la barrière, etc…

Je suis épuisée, légèrement crispée, nouée mais il faut avancer.

Avancer oui, et penser aussi à nourrir les ogres.

 

Mon aîné qui, je le rappelle, a 16 ans et se croit déjà un Homme, m’évite gentiment sa guitare basse avec laquelle il prend un malin plaisir à s’exercer dans l’habitacle restreint et non insonorisé de ma voiture MAIS se rapplique avec 3 petites balles de jonglage.

 

J’évite donc les désaccords musicaux mais nous voilà, son petit frère et moi secoués par les essais de jonglerie de l’ado.

Et comme je ne me déplace pas encore en autobus, le plafond n’est point très haut et … une première balle lui échappe pour venir se loger – je vous le donne en mille – sous ma pédale d’accélération !

Vous avez déjà essayé ce type de conduite ?

Intéressant, croyez-moi !

 

La crispation monte d’un cran mais je maîtrise.

 

Nous arrivons dans notre grande surface et ce petit crétin, de sa démarche nonchalante et traînante d’ado pas pressé, nous suit dans les allées, toujours avec ses foutues balles.

 

Et pour vous faire juste une parenthèse au sujet de cette façon qu’ont les jeunes de traîner le pas, lorsque dernièrement je lui ai demandé de lever ses pieds quand il marchait, il m’a répondu : « mais je les lève, ce sont mes chaussures qui ne suivent pas … »

Esprit de répartie, quand tu nous tiens !

 

Soit, revenons à nos moutons … arrive ce qu’il devait arriver : l’une des balles lui échappe à nouveau et roule sous un frigo.

 

Attendez : imaginez bien ce qui va suivre !

 

Je me retourne et vois cet échalas d’1m82 étalé de tout son long sur le sol, balayant de son bras le dessous du frigo volailles et saucisses de campagne à la recherche de sa baballe !

 

Là-dessus, il perd un verre de contact et son frère se précipite à 4 pattes à la recherche de ce dernier …

 

 

Quant à moi, je suis accrochée à mon chariot en beuglant pour la dixième fois que je voudrais savoir ce qu’ils aimeraient manger.

 

La crispation se fait certaine !

 

 

J’ai planté les rampants à leur triste sort afin de ne pas les détricoter tout de suite pour les retrouver finalement deux allées plus loin, le cadet avec un doigt bien droit portant le verre de contact de l’aîné qui avait entre-temps récupéré son bien mais faisait gaffe à sa démarche.

Myope comme il est, la progression visuelle avec un seul œil opérationnel est plus hésitante, vous en conviendrez.

 

Passage à la caisse sans encombres mais retour à ma voiture totalement énervée.

 

Et l’autre de me gratifier d’un grand sourire en me demandant pourquoi je ne reste pas zen …

14:24 Écrit par Marivic | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

GENIAL J'ai bien ri.
(désolé)

Écrit par : Phano | 16/03/2006

Les commentaires sont fermés.