03/03/2006

NIQUE TA MERE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous, vous aussi, remarqué l’usage de plus en plus répandu dans notre vocabulaire des abréviations et raccourcis quelquefois difficilement compréhensibles pour la moyenne des adultes que nous sommes et qui essayons malgré tout de conserver un QI acceptable ?

 

On ne parle plus en mots.

Non. En initiales à présent.

 

Passe moi ton G.

Je te SMS.

Où est mon PC ?

J’ai acheté un MP3.

Je t’envoie un MPEG.

Non pas un TIFF s’il te plaît, un JPEG sera mieux… ???

 

Il en est de même pour certains groupes musicaux !

Un exemple tout simple : NTM. « NiqueTa Mère » … elle doit être contente la maman en question devant tant de reconnaissance de la part de son rejeton !

 

Je vous avouerai sincèrement que mon ado a eu, il y a un an de cela, l’envie de mettre sur pied une « chorale satanique » et que j’ai tremblé quant au nom qu’il aurait pu lui donner. Déjà que je ne comprenais pas très bien le sens de toutes les paroles des odes qu’il nous avait concoctées…

 

Mais, le sommet de toute cette nouvelle littérature réside dans le contenu des SMS (pardon !) que nos jeunes s’envoient.

 

Modèle parmi tant d’autres : 7 ét g v o US…

Traduction pour les ignares qui traînent ici : cet été je vais aux Etats-Unis. Facile, non ? 

Allez, un petit effort frères et sœurs de ma génération, nous finirons bien par nous en sortir, je vous le promets !

 

Mais là où je tremble encore plus, c’est par rapport à l’enseignement que l’on pourrait encore réformer pour nos chères petites têtes blondes.

Déjà qu’ils nous arrivent avec une nouvelle orthographe qui me fait hérisser les cheveux sur la tête.

Et je ne parle pas de la conjugaison.

Les enfants d’aujourd’hui ne pratique plus que le présent de l’indicatif.

L’imparfait est sans intérêt et le futur … « no futur » disent les anarchistes en courtes culottes.

Passé simple, passé composé, passé antérieur ? Pour quoi faire ?

Subjonctif et conditionnel ? A quoi cela va-t-il leur servir ?

Par contre, ils veulent bien garder l’impératif, mais seulement au présent.

 

Ils ne savent plus écrire, ils ne savent plus parler, ils communiquent par codes … cela leur promet de beaux jours mais finalement, comme toute génération, ils s’en sortiront aussi, du moins je l’espère pour eux.

 

Quant à moi, j’ai demandé à mes fils de m’envoyer des SMS (re-pardon !) clairs à décrypter et non pas sibyllins.

Ils ont trouvé la solution : « appel moi » (sic). Pas bête ! C’est moi qui paierai la communication.

 

Personnellement, je préfère encore écrire « Je t’aime » en toutes lettres comme on me l’a appris quand j’étais petite plutôt que « G TM ».

Sans vouloir vous apostropher, c’est plus complet, plus rond, plus profond aussi.

14:36 Écrit par Marivic | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.